Vie commerçante

Rodez : le marché du samedi finalement très peu perturbé

  • Le marché du samedi finalement très peu perturbé
    Le marché du samedi finalement très peu perturbé RB / RB
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Après un premier samedi raté et un deuxième en demi-teinte, l’activité est presque revenue à la normale, ce 1er décembre, au marché hebdomadaire.

Eléonore s’active autour des étals du producteur de légumes bios avec un peu plus d’une heure d’avance sur son horaire habituel. Deux kilos de pommes de terre, cinq poireaux et la moitié d’un potimarron plus tard, la voila qui presse le pas en direction du vendeur de poulets rôtis. Comme beaucoup d’autres Ruthénois autour d’elle, cette jeune maman a quelque peu modifié ses habitudes en prévision de la grande marche des gilets jaunes aveyronnais (voir par ailleurs). "Beaucoup de commerçants manquaient à l’appel, il y a 15 jours, pour la première journée d’action des gilets jaunes, se défend la jeune ruthénoise. Ensuite, samedi dernier, c’est moi qui ne suit pas venue de peur de me retrouver bloquée dans un marché déserté par les commerçants."

"Un samedi presque normal"

Aussi, ce samedi, histoire de pallier toute éventualité, elle s’est réveillée plus tôt et a avancé l’heure des courses. Apparemment pour rien, car hormis une dizaine d’emplacement vacants, la grande majorité des commerçants non sédentaires du marché a fait le déplacement. Et visiblement pas pour rien. "Le 17 novembre, pour le premier jour du mouvement, cela avait été catastrophique, se souvient un primeur de la place de la Cité. Samedi dernier ce n’était pas terrible non plus, mais j’ai quand même réussi à tirer mon épingle du jeu, poursuit-il. Et aujourd’hui, franchement, je n’ai pas à me plaindre. On dirait que les gens sont venus pus tôt, car là il est juste 11 heures, et ça commence à se tasser." Quelques étals plus loin, chez son homologue vendeur de charcuterie, l’analyse diffère mais le constat est quasiment le même. "On travaille, mais c’est bizarre. Ce n’est pas comme d’habitude", constate-t-il l’air interloqué. Place du Bourg, l’heure est au soulagement. Car même si la place se vide à mesure que se rapprochent les gilets jaunes, les Ruthénois étaient bien présents un peu plus tôt pour faire leurs achats. Et ça, pour les commerçants, c’est le principal !

Des tensions autour de l'Estréniol

L’appel lancé vendredi et relayé samedi dans nos colonnes par le Collectif Onet-Sébazac-Rodez, regroupant des commerçants et chefs d’entreprises des zones commerciales de l’Estréniol, du Comtal, de La Gineste, des Moutiers, etc. n’a visiblement pas été entendu par tous les gilets Jaunes. Car certains occupaient toujours, hier, le giratoire d’accès aux zones de l’Estréniol et du Comtal. Epaulés par les forces de l’ordre, des commerçants n’ont pas hésité à se rendre sur place pour plaider leur cause. Des échanges qui ont entraîné de vives tensions, notamment chez les commerçants confrontéss à leur 3e samedi noir, synonyme pour certains des recettes amputées de 30 à 40 %.

Rachid Benarab
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

500 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Un hall d'entrée, un salon s[...]

490 €

Appartement de type 4 d'environ 92m² composé d'une cuisine aménagée, d'un s[...]

529 €

RODEZ : T3 spacieux et lumineux, à deux pas du coeur de ville avec un parki[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir