Fédérale 1 : Rodez peut s’en vouloir

  • Les Ruthénois peuvent être frustrés de leur défaite en Ardèche.
    Les Ruthénois peuvent être frustrés de leur défaite en Ardèche. Archives JLB
Publié le , mis à jour

Très tôt à quatorze, les Ruthénois n’ont ramené aucun point d’Aubenas, dimanche. Pourtant, les locaux n’ont pas été archi-dominateurs.

D’entrée de jeu, Rodez aurait pu marquer un essai casquette, à la suite d’hésitations de la défense ardéchoise. Le ton est donné mais l’on sent bien que les Ruthénois n’ont pas fait le voyage pour rien.

Solides et massifs, ils contrarient les plans d’Aubenas par un engagement parfois à la limite. Trop même, puisque le pilier Iosseliani, particulièrement excité, écopa d’un rouge, à la suite d’une agression stupide (10e).

Iosseliani tire une balle dans le pied de Rodez

En infériorité numérique, Rodez se tirait une balle dans le pied pour la suite du match. Pecheux ouvrait le score, et peu à peu, Aubenas prenait le match en main, mais commettait aussi des fautes de main, rapidement exploitées par les rapides lignes arrières de Rodez. Baldy égalisait (24e),

mais peu après, Aubenas se détachait par un essai plein d’à-propos de Verot, puissant et incisif, qui profitait d’un beau travail d’Erasmus sur son aile, pour marquer entre les poteaux.

Clairement, Aubenas avait le match en main et poussait pour, sinon tuer le match, du moins prendre un avantage décisif. Alors qu’une succession d’actions se situait à proximité de la ligne aveyronnaise, Renou se faisait intercepter et le contre de Rodez s’amorça : en dépit d’un retour désespéré d’Erasmus, Vabret marquait en bout de ligne (33e). Le match était relancé, mais une faute de Bester, aussi dangereuse qu’inutile sur Verot (un rouge aurait pu être donné par M. Marboh), permettait à Pecheux de redonner de l’avance à Aubenas.

Le bonus défensif a été dans les pieds de Boscus

Dès l’entame de la seconde période, on sent qu’Aubenas veut creuser définitivement l’écart. Les pénal’touches se succèdent, mais sans réel bénéfice. La faute à une grosse défense aveyronnaise, souvent hors-jeu d’ailleurs, mais rarement sanctionnée par l’arbitre. La faute aussi à des mauvais choix des joueurs d’Aubenas, incapables de déséquilibrer Rodez, en infériorité numérique. Pourtant, c’est bien sur une énième attaque dans les 22 m aveyronnais que le ballon arrive à Erasmus qui termine l’action en coin (55e). Le break est fait (21-8), mais Rodez n’a pas l’intention de lâcher. Alors qu’Aubenas tente d’aller chercher un possible bonus, Delouis profite de la passivité de Pecheux sur son aile pour déborder tout le monde et servir Williams à l’intérieur pour l’essai de l’espoir (64e). Boscus transforme et les Ruthénois jettent toutes leurs forces dans le combat.

Le match est tendu, heurté. Pecheux redonne trois points de plus (24-15) et Boscus tente de récupérer le bonus défensif… Mais trop à gauche (79e). Le score en restera là. Rodez peut s’en vouloir d’avoir évolué en infériorité numérique 70 minutes, alors qu’Aubenas n’a jamais pu se détacher et vivre un match plus confortable.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?