Lionel Mpasi (Rodez Aveyron Football) : "Je ne me mets jamais de pression"

Abonnés
  • Lionel Mpasi aimerait prolonger l’aventure en Coupe de France plus loin que l’an dernier. Lionel Mpasi aimerait prolonger l’aventure en Coupe de France plus loin que l’an dernier.
    Lionel Mpasi aimerait prolonger l’aventure en Coupe de France plus loin que l’an dernier. Archives Jean-Louis Bories
Publié le

Numéro deux dans la hiérarchie des gardiens de but ruthénois, Lionel Mpasi devrait logiquement être titulaire face à Sète, dimanche (15 h)en Coupe de France. Un rendez-vous qu’il aborde avec calme et une grande détermination.

Comment abordez-vous cette rencontre face à Sète ?

Personnellement, avec beaucoup de détermination et de concentration. Je ressens encore de la frustration liée à ce qui s’était passé l’an dernier à ce tour-là (le Raf, qui jouait à Fabrègues, avait été éliminé aux tirs au but, 5-4, après un score d’1-1 à l’issue de la prolongation, et Mpasi avait été expulsé à la 84e minute de jeu, NDLR). Collectivement, on est tous concentrés sur ce match et sur l’objectif de passer ce tour. On n’avait pas réussi à le faire il y a un an et ça nous avait mis les boules. Cette semaine, on n’a parlé que de la Coupe, pas du tout du championnat.

La frustration personnelle dont vous parlez avait-elle été difficile à évacuer ?

Non, mais elle était très grande sur le moment. L’an dernier, c’était moi qui jouais la Coupe, ç’avait été décidé comme ça au début de la saison, et quand ta saison, justement, s’arrête de cette façon-là, tu as un peu les boules, surtout après un match comme ça, où tu as mené et dominé (le but de l’égalisation avait été inscrit dans les arrêts de jeu). Il y avait eu, en plus, un fait de match qui nous avait plombés (son expulsion) et je me sentais fautif.

Même si ce n’est pas le même adversaire demain, on imagine que vous êtes animé d’un petit esprit de revanche…

Oui, j’ai envie de me montrer. Malgré quelques pépins, tout se passe plutôt bien pour moi depuis le début de la saison et je suis totalement opérationnel pour ce match. J’ai vraiment envie de passer ce tour.

Étant donné que vous faites référence à la saison en cours, comment la vivez-vous, et comment vivez-nous notamment le fait de ne jouer que peu souvent et la possibilité que chaque match, justement, soit le dernier ?

Je ne me mets jamais de pression et je me dis que ce n’est que du plaisir. J’en prends énormément à chaque fois, même quand je joue avec l’équipe réserve, comme le week-end dernier, contre Montpellier. La situation est ce qu’elle est mais je m’entraîne toujours à 200 %, et vu qu’on est premiers au classement en championnat, je ne vois pas pourquoi je ferais la gueule. J’ai été blessé en fin de saison dernière (une rupture du tendon du majeur de la main gauche à l’échauffement lors du dernier match de championnat, à domicile contre Avranches, qu’il avait néanmoins joué, avant d’être opéré), j’ai pris du retard dans la préparation cet été et je savais que ce serait compliqué de commencer en championnat. De plus, Arthur (Desmas) fait du super boulot et je ne vois pas pourquoi le coach changerait quelque chose. Je n’ai pas de frustration par rapport à ça.

La concurrence est saine entre vous deux ?

Oui, on s’entend super bien, Arthur est un super mec. À chaque fois qu’il fait un bon match, et même quand c’est plus compliqué, je suis là pour le pousser. Il en fait de même avec moi et c’est bien qu’il y ait cette concurrence, qu’il soit derrière moi également.

Pour revenir à la Coupe, à quel type de match vous attendez-vous dimanche ?

Je pense qu’on va être attendus de pied ferme là-bas mais je n’ai pas d’appréhension. Je n’ai pas entendu parler de rivalité particulière entre Sète et Rodez mais je me dis que ça va être un match de guerriers et que l’équipe qui se dépouillera le plus passera.

On sait que ces matches ne se jouent pas tout le temps uniquement sur le jeu et qu’ils demandent de faire appel à d’autres caractéristiques, notamment sur le plan mental. Votre équipe est-elle prête à ça ?

Oui. Au quotidien, à l’entraînement, les gars se donnent à fond et on sera tous prêts à mettre ce qu’il faut sur le terrain pour remporter ce match.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Romain Gruffaz
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?