Social

Face à face tendu entre des commerçants et un noyau dur de manifestants au giratoire de l'Estréniol à Sébazac

  • La situation était quelque peu tendue ce samedi, en début d'après-midi.
    La situation était quelque peu tendue ce samedi, en début d'après-midi. RB / RB
Publié le / Modifié le S'abonner
Des éléments extérieurs qualifiés de "l'extrème gauche" se sont joints aux Gilets jaunes installés au giratoire d'accès à la zone de l'Estréniol, à Sébazac, afin d'entraver davantage la circulation des automobilistes. Une action dénoncée par les commerçants du secteur qui sont allés à leur rencontre pour tenter de lever les barrages. Une vingtaine de gendarmes ont également été déployés sur place pour éviter que le face à face ne vire à l'affrontement.

Après trois samedi de blocages aux abords des zones commerciales de l'Estréniols, à Sébazac, les commerçants, qui font déjà face à une importantes baisse de leur chiffre d'affaires, redoutaient la journée d'aujourd'hui synonyme de quatrième samedi de blocage. Aussi, même si les Gilets jaunes occupaient toujours le giratoire ce samedi matin, ces derniers semblaient avoir pris la mesure de leurs actions et des conséquences graves qu'elles font subir à l'économie locale.

L'étau s'était donc considérablement desserré ce samedi afin de ne pas nuire davantage à l'activité commerciale. Sauf qu'en ce début d'après-midi, les Gilets jaunes, présents sur le site depuis le premier jour, ont été rejoints par une quinzaine d'éléments qualifiés, par les forces de l'ordre,  "de l'extrême gauche", bien décidés, eux, à entraver le circulation des véhicules aux abords de la zone. De quoi irriter, passablement, les représentants du collectif Onet-Sébazac-Rodez. 

Trouver une issue aux blocages

S'exprimant au nom des chefs d'entreprise et/ou gérants des commerces des zones de la Gineste, des Moutiers, de Saint-Marc, de la Penchoterie, de l'Estréniol et du Comtal, les représentants de ce collectif ont donc décidé de prendre le taureau par les cornes et de se rendre sur le giratoire occupé afin de trouver une issue au blocage. Ils ont rapidement été rejoints par une vingtaine de gendarmes supplémentaires dépêchés sur place pour éviter que le face à face ne vire à l'affrontement.

Nullement impressionnés par ce déploiement de force, les éléments extérieurs ont continué à entraver la circulation en traversant devant les véhicules. De leur côté, les forces de l'ordre ont contrôlé les identités et fait quelques clichés des fauteurs de troubles. Ils sont également restés sur place pour fluidifier la circulation et, au cas où, la situation venait à se tendre. Finalement, la circulation a été rétablie presque normalement. Les gendarmes sont néanmoins restés pour éviter de nouveaux blocages.  

R.B.
Voir les commentaires
Réagir