Les couturières s’affairent sur les étoffes de la parade

  • La couturière place les guirlandes lumineuses. La couturière place les guirlandes lumineuses.
    La couturière place les guirlandes lumineuses.
Publié le

C’est un peu l’effervescence dans l’ancienne école des infirmières. Les couturières s’activent dans les deux pièces dédiées aux costumes et accessoires de la parade du festival Bonheurs d’hiver.

Aujourd’hui, on procède aux essayages des costumes de l’elfe, de l’arbre et du petit berger. Et la couturière éprouve quelques difficultés à ajuster la taille de la robe. Il lui faut s’y remettre à plusieurs fois. Dans l’autre pièce, ce sont les branches lumineuses de l’arbre qu’il faut bien placer. Après plusieurs essais, le résultat s’avère là aussi concluant.

Elles sont une quinzaine à donner de leur temps pour réaliser ou modifier les 250 costumes. "Elles viennent les après-midi, quand elles peuvent car elles sont bénévoles. Cette année, ça s’est bien passé, mais il y a eu des années où on en cherchait", se réjouit Élodie Platet, conseillère municipale et coordinatrice du festival. Magui, qui coulait une retraite paisible, a été "débauchée" par des femmes qui suivaient les cours de natation de sa fille. "Ça fait deux ans que je viens. Je suis à la retraite, je peux donner un peu de mon temps. Et puis, on est pris par le plaisir de coudre même si on travaille beaucoup pendant deux mois et demi", raconte cette dynamique bénévole.

Marie-Françoise s’occupe des accessoires cet après-midi, et pose des guirlandes lumineuses sur des chapeaux. Elle ne cache pas son enthousiasme : "Tous les ans, je suis émerveillée quand je vois l’ensemble de la parade. Je suis heureuse de constater le travail qu’on a fait, j’explique qu’on a fait ça, et ça et ça". Mais tout n’est pas rose dans le monde de la couture.

Les mauvaises surprises, on s’en doute, ne tiennent pas qu’à du tissu froissé. "On n’aime pas refaire. Quand Silva (la chorégraphe qui conçoit les costumes, ndlr), qui est très méticuleuse, n’aime pas, on essaye de refaire au mieux. Mais ça reste un véritable plaisir", ajoute avec un grand sourire Marie-Françoise.

À 17 heures, après l’elfe et l’arbre, d’autres participants viendront essayer leurs costumes. "Le week-end dernier, il y a eu beaucoup de monde, les costumes ont été distribués mais il y a toujours des ajustements. Les costumes pour enfants demandent aussi beaucoup d’attentions, notamment pour les dimensions", détaille Élodie Platet.

Il est encore possible de participer à la parade, qui se tiendra à 18 h 30 samedi et dimanche. Mais au regard de l’échéance, le rôle consiste à marcher derrière les chars.

JDM
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?