Une pièce de théâtre comme billet pour le Canada

  • Les élèves se donnent à fond pendant les répétitions.
    Les élèves se donnent à fond pendant les répétitions.
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Des lycéens de Jean-Vigo vont bénéficier d’un échange artistique.

Une salle de classe sans bureaux ni chaises mais tout de noir vêtu : tel est le terrain de jeu d’une vingtaine de lycéens en série littéraire de Jean-Vigo qui bénéficient de la spécialité théâtre. Certains vont profiter d’un échange artistique et culturel et s’envoleront pour le Cégep – un établissement d’enseignement collégial qui offre des formations pré-universitaires et techniques – de Limoilou à Québec. Ce projet rassemble une artiste française, Sarah Carlini avec qui les élèves travaillent depuis bientôt un an, Marie-Eve Chabo-Lortie et Harold Rhéaume, respectivement artiste et chorégraphe québécois.

Les quatorze élèves à partir en février prochain rencontreront leurs homologues québécois et créeront un spectacle sur la thématique de la jeunesse qu’ils joueront ensemble là-bas et en France, lorsque les élèves québécois viendront au printemps 2019. Ce spectacle sera présenté le 31 mai prochain au studio Martha-Graham au théâtre de la Maison du Peuple, qui soutient ce projet. Un échange culturel qui revoit le jour après quelques années d’arrêts pour des "problèmes d’organisation" et qui réjouit Sarah Carlini, l’artiste associée au projet : "C’est une idée vieille de trois ans et ce n’est pas un voyage comme un autre".

Jouer pour voyager

Mais avant de fouler le sol canadien, les élèves ont dû redoubler d’imagination pour récolter les fonds nécessaires au financement de ce voyage. Ils vont notamment revisiter un classique "de manière contemporaine", Roméo et Juliette, le 21 décembre prochain à la salle René-Rieu dans le cadre du Festival Bonheurs d’Hiver. "Nous avons commencé à récolter des fonds depuis l’an dernier grâce à la vente de tickets de tombola", explique Achille, qui a aussi dessiné le logo de la troupe, un masque noir et un blanc imbriqué l’un dans l’autre avec une scène pour les unir.

Des objets fabriqués maison comme des gourdes ou des sacs seront également mis en vente pendant le spectacle ainsi que des gâteaux et des boissons. Sur les planches comme en coulisses, les artistes en herbe ne manquent pas d’imagination.

Sarah Carlini et CarolineBrizard, professeure théorie de la spécialité théâtre, apprécient cet engouement. "Il faut malgré tout une grosse exigence. Ces élèves approchent les techniques d’acteur. Leur imagination et leur force de proposition pour adapter certaines scènes sont incroyables. Nous gardons en tête l’objectif d’être prêt pour le Canada, où nous allons rencontrer des élèves qui veulent faire du théâtre leur métier", détaille Sarah Carlini.

Dans les rangs des élèves, pas de pression, bien au contraire : tout est question de plaisir. "Il faut être bien sur scène pour donner du plaisir aux spectateurs. Et avec cette revisite aux accents cartoon, aucune chance que le public ne s’ennuie", promettent ces apprentis comédiens. Après avoir assisté à une dizaine de spectacles, les élèves sont prêts à passer de l’autre côté du rideau.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir