Rodez : le changement de place du marché ne passe pas

  • La place Eugène-Raynaldy accueille une partie du marché du samedi jusqu’au 5 janvier.
    La place Eugène-Raynaldy accueille une partie du marché du samedi jusqu’au 5 janvier. CPA
Publié le

Déplacés depuis le début du mois de décembre, les commerçants non-sédentaires de la place du Bourg affichent leur mécontentement vis-à-vis de la mairie.

Depuis une grosse quinzaine de jours, quelques phrases reviennent en boucle le mercredi et le samedi matin : "Il faut vous trouver !", "Ah, vous êtes là ?", "Vous serez au même endroit samedi prochain ?". Adressées par les clients à une partie des commerçants non-sédentaires, elles témoignent des perturbations engendrées par le déplacement du marché de la place du Bourg sur celle de la Cité le mercredi et sur la place Eugène-Raynaldy le samedi. Des perturbations pour les premiers cités mais surtout pour les seconds, confrontés à un manque à gagner important et particulièrement préjudiciable en ce mois de décembre.

"On a reçu un courrier un ou deux mois avant pour nous informer de ce déménagement, au sujet duquel on n’a pas été consultés, explique l’un d’entre eux. C’est la première fois que l’on vit ça. Les gens sont perdus et on l’a vu avec le chiffre d’affaires. La première semaine, j’ai perdu autour d’un millier d’euros. C’est simple : le mercredi, mes ventes ont baissé de 50 %. De plus, le samedi, la place de la mairie n’est pas adaptée. C’est compliqué pour s’installer mais aussi pour repartir."

Cette baisse de moitié, Thierry Marre, pâtissier, l’a également constatée ce jour-là et l’estime, depuis le début du mois, à 20-30 %. Une diminution douloureuse dans l’absolu mais encore plus du fait du contexte. "Pour moi, le mois de décembre représente un surplus de travail de 30 % par rapport aux autres", indique-t-il, lui qui a souvent dû remballer une bonne partie de sa production, en hausse à cette période de l’année.

"Personne n’est content, surenchérit Catherine Lagarrigue, volaillère. Ce qui nous met particulièrement en colère est la façon dont ça s’est fait, sans consultation. OK, on est ambulants, mais on n’est pas des pions. Pour nous, le mois de décembre est la plus grosse période de l’année, celle où l’on ne peut pas se rater. Dans mon cas, c’est 30 % du chiffre d’affaires annuel. Quand je vois ça, j’ai envie de bloquer l’entrée de la mairie, pour pouvoir dire aux élus : “Regardez, on va faire comme vous et vous empêcher de bosser”."

Cette colère, Sarah Vidal, troisième adjointe au maire en charge de la culture, des animations et des archives, y a répondu en réfutant notamment l’absence de concertation.

Vidal : "On a essayé de trouver les meilleures solutions"

" On leur (les marchands, NDLR) a adressé un courrier en septembre, avant d’organiser trois réunions avec eux : pendant la première quinzaine de septembre, le 19 octobre et le 5 novembre. Tous étaient d’accord sur le choix de la place de la Cité pour le mercredi. Pour ce qui est du samedi, on les a soumis à une consultation sur papier le 27 octobre. Soixante documents ont été distribués et sur ce total, on a eu quarante-cinq retours, pour un résultat de 76,6 % en faveur de la place de la mairie. On a ensuite défini avec eux le nouveau plan, puis procédé à l’impression de 6 000 flyers pour informer le public ", détaille-t-elle, avant d’ajouter : " Ces deux places ne sont pas des emplacements de second choix. On a essayé de trouver les meilleures solutions pour qu’ils ne soient pas embêtés et que l’on puisse concilier ça avec les ambitions de la Ville en matière d’attractivité. On sait que décembre est un mois important pour eux et notre volonté est qu’ils travaillent. Ce que je reconnais est que l’on aurait pu attendre une semaine de plus avant de les faire déménager mais ça n’a pas été fait pour les embêter. Il s’est juste agi d’une question de logistique pour nos équipes, qui connaissent elles aussi une période très chargée en décembre. Je comprends que certains soient en colère mais si les marchés sont importants, les animations le sont aussi, notamment pour les gens qui ne partent pas en vacances. "

Romain Gruffaz
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

420 €

Rodez proximité hyper-centre et faculté Champollion, grand appartement de t[...]

276 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE -Grand studio en centre vill[...]

246 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Une pièce principale avec un[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?