Le Parc naturel régional de l’Aubrac à Paris

Abonnés
  • Le comité syndical s’est réuni pour la dernière fois de l’année à Prades-d’Aubrac.  Un des objectifs est de mettre en valeur toutes les beautés  du plateau.
    Le comité syndical s’est réuni pour la dernière fois de l’année à Prades-d’Aubrac. Un des objectifs est de mettre en valeur toutes les beautés du plateau. CPA
Publié le

Outre sa présence au prochain salon de l’Agriculture, un audit et une étude seront lancés en 2019 concernant le siège du parc et la Maison de l’Aubrac.

Je suis confiant, j’ai perçu une volonté. On passe de la mise en place à la mise en œuvre", résume André Valadier, président du parc naturel régional (PNR) de l’Aubrac, avec l’art de la rhétorique qu’on lui connaît pour évoquer la dernière réunion de l’année du comité syndical.

Ainsi, l’Hôtel des montagnes a été choisi comme siège du parc naturel régional et la Maison de l’Aubrac comme vitrine pour rayonner. Un audit et une étude de définition des missions seront lancés en 2019 en vue de restaurer les bâtiments qui en ont bien besoin pour mettre en lumière le plateau. Sur le plan de la gestion comptable, la décision a été prise de maintenir le taux de cotisation.

Il a été examiné le contrat territorial "Aubrac, Olt, Causse et Gévaudan" porté par le PNR de l’Aubrac, avec la participation des pôles d’équilibre territorial rural (PETR) du Gévaudan (Lozère) et du Haut-Rouergue (Aveyron).

Ce dispositif mis en place par la Région Occitanie permettra aux communes et aux communautés de communes de l’Aubrac et des territoires limitrophes, de solliciter des crédits auprès de la Région Occitanie et des Départements.

Côté actions, la poursuit d’événementiels comme la Nuit des Burons, la Fête de la montagne, etc. la création d’un annuaire des producteurs locaux, le développement de la marque "Valeurs Parc naturel régional", d’une plateforme de gestion et de valorisation des randos (Géotreck), la création d’un programme animations scolaires autour de la nuit, la poursuite de la lutte contre les campagnols dont une nouvelle pullulation est attendue justement en 2019 ou encore la poursuite de l’élaboration de l’atlas de la biodiversité.

Position contre le loup

Actualité oblige avec le retour du loup, André Valadier s’appuie sur la charte pour étayer son propos : " Tout prédateur mettant en péril l’agropastoralisme fera l’objet d’une défense et d’une résistance ". Et d’ajouter : "Les agriculteurs concernés participent à la gouvernance et le parc dépend du ministère de l’Agriculture".

Enfin, il a été acté la reconduction de la participation du PNR au Salon international de l’agriculture avec l’Union pour la race aubrac. Des animations communes seront organisées. Les six autres parcs de l’Occitanie et leurs races locales travailleront aussi de concert avec l’Aubrac pour animer un espace autour de démonstrations, dégustations, et de valorisation des savoir-faire.

Il faudra au moins cela pour tenter de faire oublier l’égérie Haute !

Rendez-vous est donné du 23 février au 3 mars à Paris.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Olivier Courtil
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?