Rugby XV

Fédérale 1 : Rodez s'impose en première période

Abonnés
  • Williams vient d’inscrire le troisième essai ruthénois, juste avant la pause.
    Williams vient d’inscrire le troisième essai ruthénois, juste avant la pause. Jean-Louis Bories - Jean-Louis Bories
Publié le / Modifié le S'abonner
Menant largement, Rodez a vu Castanet lui revenir sur les talons mais s'est imposé finalement (28-24) dimanche après-midi à Paul-Lignon, à l'occasion de la 13e journée de Fédérale 1.

Acculé financièrement, le Stade Rodez Aveyron voulait débuter l’année 2019 avec un retour sur les terrains des plus enchanteurs. Il y est parvenu, ou tout du moins partiellement, hier, en venant à bout de Castanet, au terme d’une belle partie, qu’il aurait pu toutefois dominer de la tête et des épaules avec davantage de régularité dans son jeu et une défense plus souveraine en fin de match. Au final, les quatre points sont au rendez-vous, pas celui du bonus offensif pourtant un temps dans l’escarcelle rouergate.

La capitaine Mathieu Roca avait prévenu en amont : « Ils vont vouloir nous enterrer. » Faisant référence notamment au match aller gagné par les Aveyronnais, de justesse 20-22 (2e journée). Et le N°7 sang et or avait raison. Ou tout du moins, les deux équipes ont mis les choses au clair d’entrée de match, en se chatouillant les oreilles poings fermés. De quoi réchauffer une atmosphère bien froide en ce dimanche d’hiver lumineux mais glacial dans un Paul-Lignon qui n’était pas forcément très garni.

Mais passées ces amabilités de bienvenue, le XV du Piton s’est mis en branle, déployant d’abord une belle séquence jusqu’à ce que le ballon arrive à Vunibaka, replacé hier N°8 et très en vue au moins en première période (lire plus bas), pour un passage en force, faisant même littéralement rebondir un adversaire sur son énorme coffre, avant d’aller aplatir.

Après la puissance du Fidjien, c’est la finesse de jeu de Ravanello qui permettait à Rodez de doubler la mise suite à une feinte de corps magistrale en sortie de regroupement, lui-même consécutif à une belle percée d’un André tout feu tout flamme hier.

Fin de match compliquée

Et si Folliot avait ensuite réduit la marque en passant aussi la ligne, Williams, au ras du poteau après un bon travail des « gros » et juste avant la pause, et Fromenteze, via un raid de 20 mètres en force (45e), donnaient du corps à la prestation aveyronnaise. Et même temps que le point de bonus offensif, à ce moment-là de la partie.

Mais loin de se résigner, les Castanéens, « totalement endormis en première », selon leur volubile (et d’ailleurs expulsé pour cela à la 73e) entraîneur Thierry Fossat, se sont repris avec des entrées déterminantes et trois essais inscrits en trente minutes sans que Rodez ne puisse répliquer.

Les remplaçants ruthénois ont eu en tout cas du mal à soutenir la comparaison alors que, bien avant cela (28e), le capitaine Roca avait dû sortir, ressentant (à nouveau) une pointe derrière la cuisse. Un détail qui n’en est pas un. Car si la détermination collective n’est pas à mettre en cause dans cette fin de deuxième période que l’on pourrait qualifier néanmoins de laxiste, notamment pour la défense sang et or qui a fait passer des sueurs froides dans le dos du peuple ruthénois ; l’absence du capitaine s’est fait sentir sur «l’impact physique et sa prégnance auprès des avants », selon son coach Arnaud Vercruysse. Il devrait néanmoins pouvoir être du voyage à Nîmes, le quatrième, ce dimanche. Un autre défi.

Vunibaka, le grand huit

l n’est pas le joueur du match, celui qui fait basculer une partie à lui tout seul.Certains de ses coéquipiers ont été peut-être même davantage en vue que lui hier, à l’image d’un Benoît André au four et au moulin. Mais Marika Vunibaka a attiré la lumière. Ne serait-ce que par son replacement en 3e ligne centre, lui qu’on avait vu sous le maillot du SRA jusque-là en ailier ou 2e ligne. « Il a montré qu’il a de belles aptitudes, a dit de lui après match son coach Arnaud Vercruysse. Il a été à la hauteur de nos attentes. » À 24 ans, le Fidjien mesurant 1,92 m a perdu « 35 kg » depuis son arrivée au club la saison dernière. Son positionnement hier s’expliquant par « les blessures et suspensions de spécialistes du poste ». Il a montré en tout cas qu’il pouvait être plus qu’un simple remplaçant en N°8.

L'immobilier à Rodez

335 €

RODEZ : T1 Bis lumineux, fonctionnel avec garage et balcon Expo Sud dans un[...]

366 €

RODEZ - En coeur de ville, à proximité des commerces, agréable appartement [...]

95000 €

Rodez, quartier du Faubourg, appartement T3 avec cave et garage comprenant[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir