Social

L’appel des gilets jaunes à marcher sur le Viaduc de Millau

  • Vendredi, les différents « gilets jaunes » du département (Rodez, Sébazac, Decazeville, Millau, Villefranche-de-Rouergue, etc) s’étaient réunis à Rodez pour annoncer des actions communes dans le futur.
    Vendredi, les différents « gilets jaunes » du département (Rodez, Sébazac, Decazeville, Millau, Villefranche-de-Rouergue, etc) s’étaient réunis à Rodez pour annoncer des actions communes dans le futur. Mathieu Roualdés -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Alors que les différents "gilets jaunes" du département ont annoncé s’être fédérés vendredi, une première action commune est prévue ce samedi : une marche sur le Viaduc de Millau, à partir de 10 heures.

L’appel a été lancé en début de semaine, notamment sur les réseaux sociaux. Ce samedi, pour l’Acte IX de leur mobilisation, les "gilets jaunes" ont prévu une action d’envergure : une marche symbolique sur le Viaduc de Millau. Les membres du mouvement millavois seront rejoints par les autres "gilets jaunes" de l’Aveyron, ainsi que ceux de Lozère, dès 10 heures, ce matin. Cette marche, qui se veut "pacifique, est prévue sur le symbole aveyronnais du capitalisme", explique un manifestant présent dans le mouvement depuis plusieurs semaines. Le cortège devrait s’élancer du rond-point de Saint-Germain vers midi pour rejoindre l’édifice, le traverser et revenir au point de ralliement.

Des actions de plus grande envergure à prévoir

Depuis le début du mouvement de contestation, le quartier général des "gilets jaunes" millavois est installé à proximité du giratoire et continue d’être occupé 24 h sur 24. Après une période plus calme, "pendant les fêtes de fin d’année", la mobilisation semble reprendre en ce début d’année. "Dimanche dernier, pour notre assemblée générale à la salle de la Menuiserie à Millau, nous étions environ une centaine. Nous voulons rassembler les gens, œuvrer en collectif. On n’est pas là pour embêter les petits commerçants, ni les gens."

La dizaine de revendications défendues par le mouvement, parmi lesquelles le Référendum d’initiative citoyenne ou l’annulation de la dette, a pour but "de penser à tout le monde, de ne laisser personne pour compte".

Concernant l’avenir de la mobilisation, les "gilets jaunes" aveyronnais envisagent des actions de plus grande envergure pour se faire entendre, comme un possible durcissement des blocages et des filtrages. Avec, en fil conducteur, la volonté que "le peuple gouverne pour le peuple".

 

" On veut se fédérer pour être audibles "

Alors que le mouvement semblait s’éteindre à petit feu dans le département, les « gilets jaunes » aveyronnais l’ont encore répété haut et fort, hier : « On ne lâchera rien ! » Et pour ce faire, ces derniers ont semble-t-il trouvé la solution : se fédérer. Fini les actions aux quatre coins du département, désormais tous les QG du département se réuniront pour des actions communes, à l’image de celle d’aujourd’hui sur le Viaduc de Millau.
Plus qu’un choix, cela devenait presque une nécessité selon les propos de plusieurs représentants du mouvement, hier sur le rond-point de Saint-Éloi à Rodez : « Depuis le début du mouvement, personne ne veut nous recevoir car on ne savait pas qui nous représentions. Désormais, nous souhaitons parler d’une même voix, se fédérer pour être audible. Les gilets jaunes de Villefranche-de-Rouergue ont créé une association (G.J. Aveyron, Terre Occitanie), elle compte déjà plus de 100 adhérents et on va essayer d’étendre cela à tout l’Aveyron ». D’ailleurs, au QG ruthénois hier, les « gilets jaunes » venaient de tout l’Aveyron. Et tous semblaient être d’accord pour donner un même futur à leur mouvement : « On n’avançait plus dernièrement alors qu’avec le nombre, la masse, on peut aller très loin. On a des idées à foison concernant des actions communes pour l’avenir. Et au lieu d’être chacun sur son rond-point, on sera tous ensemble », a notamment indiqué un membre du mouvement de Villefranche-de-Rouergue, rejoint par une collègue de Decazeville.
Quant aux revendications du mouvement, elles restent encore assez floues : « Ce qui est certain, c’est que les annonces du président Macron ne nous ont pas satisfaites. Et loin de là ! On veut changer les choses, il y a beaucoup d’idées et on veut surtout un avenir pour nos enfants. Car ils n’en ont pas… »
 

 

Du côté de la préfecture, on reste prudent

Du côté de la préfecture de l’Aveyron on envisage cet Acte IX des « gilets jaunes » avec, en premier lieu, « le souci d’assurer la sécurité de toutes les personnes en misant sur l’anticipation et la prévention ». Le but, étant d’éviter que des drames ne se produisent aux abords des ronds-points, tant du côté des manifestants que des usagers de la route. Toujours de source préfectorale, on constate que « les choses se sont bien passées depuis le début du mouvement, avec des barrages qui ont été filtrants mais jamais bloquants ». Reste néanmoins qu’il est « difficile de savoir par avance » où vont se produire des actions de par « l’instabilité même du mouvement » qui a pris sa naissance sur les « réseaux sociaux qui véhiculent des informations contradictoires ». Et rappeler du côté de la préfecture que les personnes qui « participent à des manifestations illégales s’exposent à des sanctions pénales ».
 

 

Votre avis nous intéresse !

 

 

Centre Presse
Réagir