Emploi

L’intérim pèse 3 % sur le marché du travail

Abonnés
  • La part de l’intérim a peu progressé en Aveyron.
    La part de l’intérim a peu progressé en Aveyron. JAT -
Publié le / Modifié le S'abonner

Malgré un automne compliqué, la part du secteur a très légèrement progressé l’année dernière.

Par définition, sur le marché du travail, l’intérim est une variante particulièrement mouvante. Sur une année, les besoins des entreprises peuvent grandement évoluer et, avec eux, l’offre de missions peut varier dans des proportions très importantes. Le département de l’Aveyron n’échappe évidemment pas à la règle. Un département qui, d’après les données fournies par Pôle emploi, a réussi à maintenir l’an dernier son niveau en matière de travail en intérim.

Ainsi, à fin septembre 2018, on comptait ici 1 700 salariés intérimaires, soit quasiment le même nombre qu’une année plus tôt (+ 0,1 %). Une stabilité à rapprocher d’une assez forte hausse enregistrée au niveau de la région Occitanie, qui affiche pour sa part une progression de 8,3 % sur un an. En revanche, sur l’ensemble du pays, les effectifs intérimaires accusent une baisse assez sensible de l’ordre de 3,9 %.

L’industrie consommatrice

Pour revenir en Aveyron, l’évolution mensuelle de l’intérim s’avérait en septembre dernier moins favorable, avec un tassement conjoncturel de 4,2 %. Quant à la part de l’intérim sur le marché de l’emploi aveyronnais elle ne bouge guère et pèse en moyenne 3 %, en hausse constante depuis 2009. L’industrie est sans surprise le secteur d’activité le plus consommateur d’intérimaires, à 45 % (les grosses unités type Bosch ou JinJiang Sam sont notamment preneurs), suivie du tertiaire (28 %) et de la construction (BTP, 26 %). L’agriculture, avec seulement 5 contrats d’intérim signés l’an dernier, reste à la marge.

Pour ce qui est du profil des intérimaires aveyronnais, à 46 % et en pôle position on retrouve les ouvriers qualifiés. En suivant, les ouvriers non qualifiés représentent 31 %, les employés 13 % et les cadres et professions intermédiaires 10 %.

Enfin, socialement, quand certains travailleurs ont fait le choix délibéré d’enchaîner les missions sur le long terme, une majorité semble encore avoir recours à l’intérim dans l’attente d’un contrat plus stable dans le temps et dans l’espace. Dans cet objectif, l’intérim peut permettre d’accumuler de l’expérience et de bonifier son curriculum vitae.

Réagir