Santé

Médicaments : 1 Français sur 4 déjà confronté à une pénurie

  • Médicaments : 1 Français sur 4 déjà confronté à une pénurie
    Médicaments : 1 Français sur 4 déjà confronté à une pénurie
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Selon France Assos Santé, un Français sur quatre a déjà été confronté à une pénurie de médicaments. Une situation qui n’est pas sans conséquences sur la santé puisqu’elle peut conduire à un report voire un arrêt du traitement.

France Assos Santé publie ce 17 janvier les résultats d’une enquête réalisée par l’institut BVA auprès d’un échantillon de 955 personnes. Ce travail pointe les difficultés récurrentes d’accès à certains vaccins et médicaments pour des millions de Français.

Dans le détail, 25% des répondants se sont déjà vu refuser la délivrance d’un médicament ou d’un vaccin pour cause de pénurie. Ce taux monte à 31% pour les personnes atteintes par une affection longue durée (ALD). Selon cette enquête, « 45% des personnes confrontées à ces pénuries ont été contraintes de reporter leur traitement, de le modifier, voire d’y renoncer ou de l’arrêter complètement. Avec à la clé des conséquences potentiellement graves : augmentation des symptômes dans 14% des cas, erreurs dans la prise de médicaments de substitution (4%) et plus inquiétant encore, hospitalisation nécessaire pour une personne sur vingt. »

Les industriels, principaux responsables ?

Pour la moitié des personnes interrogées, la pénurie est due « aux industriels du médicament, qui privilégieraient la production de certains médicaments ou vaccins au détriment d’autres. Les pouvoirs publics (13%) et les grossistes répartiteurs (14%) sont également mis en cause. »

Pour France Assos Santé, « les industriels sont en effet très largement responsables de ces pénuries, principalement dues à des stratégies financières contestables, à un désengagement de certains médicaments… ».

L’Association réclame donc « une régulation plus efficace de la part des autorités sanitaires nationales et européennes, une information claire et transparente sur les causes de ces ruptures, les plans de gestion des pénuries mis en place, ainsi que sur les sanctions imposées en cas de manquement aux obligations de notification et de mise en œuvre de ces plans. »

Réagir