Grand débat

Christiane Marfin face à Macron : "J’ai parlé avec mon cœur"

  • « En général, je n’aime pas du tout parler en public », sourit Chistiane Marfin au lendemain de son intervention face à Emmanuel Macron.
    « En général, je n’aime pas du tout parler en public », sourit Chistiane Marfin au lendemain de son intervention face à Emmanuel Macron. Repro CPA -
Publié le / Modifié le S'abonner

La maire de Saint-Chély-d’Aubrac a fait sensation, vendredi, lors du Grand débat à Souillac, en posant une question au président Emmanuel Macron. Elle revient sur ce moment.

"J’ai parlé avec mon cœur". Au lendemain du Grand débat, Christiane Marfin ne s’attendait pas à recevoir autant de messages et autres commentaires après sa question posée au Président de la République, vendredi à Souillac. Il faut dire que l’élue du Nord-Aveyron a fait sensation dans la salle en évoquant l’école notamment et les postes d’enseignants supprimés. "Depuis un certain temps, j’avais l’impression que notre mort était programmée. Voulez-vous une France avec tout le monde dans des grandes métropoles ? À la rentrée 2018, notre école a perdu un demi-poste. Si nous devions perdre cette école, ce serait la fin de notre village. Les enfants devront être scolarisés à 20 km. Comment attirer des jeunes dans ces conditions ? Je vous en supplie, acceptez un moratoire sur les fermetures de classes en zone rurale." Certaines de ses petites phrases ont également suscité les applaudissements des élus de la région et ont fait réagir dans les médias nationaux. On citera notamment celle visant un certain Donald Trump ("C’est bien les ponts, c’est mieux que des murs") ou encore sa petit "pique" envers le ministre de l’éducation, Jean-Marie Blanquer : "Je vous ai entendu dire que nous avions un déficit culturel dans nos écoles. Non, Monsieur, nos enfants sont également en Sciences-Po ou en Masters. Et c’est plus difficile pour eux que les enfants des villes".

"J’espère qu’il a entendu ma question sur l’école…"

Hier, après une courte nuit de sommeil, Christiane Marfin est revenue sur cette prise de parole. "ça fait parler", sourit-elle. "Je savais depuis la veille que j’aurais la parole. J’avais préparé quelque chose mais au final, quand les maires ont commencé à applaudir, j’ai commencé à parler avec mon cœur. Mais je n’ai vraiment pas réfléchi à ce que je disais. Je n’ai jamais pensé à Donald Trump en disant ma phrase sur les ponts ! Ma fille m’a d’ailleurs dit qu’on ne pourrait plus aller aux États-Unis désormais, rigole-t-elle avant de revenir au fond de son intervention. J’espère surtout que le Président de la République a entendu ma question sur l’école. Car elle est le socle de nos campagnes. Chaque année, on est suspendu à la décision de l’éducation nationale. Et sans l’école, on meurt".

Tout comme la grande majorité de ses confrères aveyronnais (lire ci-contre), Christiane Marfin s’est en revanche dite "époustouflée par la forme intellectuelle" d’Emmanuel Macron, après plus de 6 h 30 d’échanges. Et ne retient que du positif de ce Grand débat. "J’espère que tout le monde y participera et que cela permettra d’arrêter la haine et la violence du moment. Car, l’image qu’on renvoie au monde entier est tout sauf positive…".

Jean-Louis Grimal : "C'est très positif"

La cinquantaine d’élus du département, en déplacement à Souillac hier pour le grand débat, a fait son retour en Aveyron vers deux heures du matin, dans la nuit de vendredi à samedi, après plus de 6 h 30 d’échanges avec le Président de la République. Et pour Jean-Louis Grimal, président de l’association des maires du département et édile de Curan, « ce débat a été très positif »
« On a vraiment apprécié qu’il (Emmanuel Macron, NDLR) renoue avec les élus locaux. On a pu poser toutes les questions qu’on souhaitait et je pense qu’il a convaincu tout le monde. Il n’y a qu’à travers la discussion qu’on peut avancer et cette idée de Grand débat est une très bonne chose pour le pays. L’issue sera positive », réagit Jean-Louis Grimal, premier Aveyronnais à avoir pris la parole face au Président, vendredi. Et selon l’élu, Emmanuel Macron a fait plus que les entendre : « Il a répondu à toutes nos questions. On voit que c’est quelqu’un d’un très, très haut niveau. Dans le bus, au retour, on était enchanté de cette journée d’échanges. »

L'immobilier à Saint-Chély-D'aubrac

55000 €

Située à Saint-Chély d'Aubrac, maison de type 3 avec une superficie habitab[...]

105000 €

RARE! Dans le village d'Aubrac, terrain plat constructible de 1700m2. Résea[...]

345000 €

Magnifique demeure avec piscine construite dans les années 80 avec de beaux[...]

Toutes les annonces immobilières de Saint-Chély-D'aubrac
Réagir