Sociéte

Le premier édile de la commune pose des questions au président de la République

Abonnés
  • L’occasion pour Jacques Barbezange de donner son point de vue.
    L’occasion pour Jacques Barbezange de donner son point de vue.
Publié le / Modifié le S'abonner

Pour répondre à la crise des gilets jaunes, le président de la République a souhaité mettre en œuvre un certain nombre d’actions et surtout un grand débat populaire. C’est tout d’abord avec les maires des communes rurales qu’il a choisi de discuter en organisant de grandes réunions par région. La seconde d’entre elles s’est tenue à Souillac, dans le Lot, le 18 janvier dernier.

Jacques Barbezange, le maire de Baraqueville a assisté à ce grand rassemblement. Sur les 600 élus initialement prévus, 50 devaient être aveyronnais, mais au final, ils furent 64 au rendez-vous. Le département aveyronnais était donc bien représenté.

Le premier magistrat de la commune, micro dans ses mains a posé deux questions : la première concernait le remboursement de la Fonds de compensation de la taxe à valeur ajoutée (FCTVA).

Ces taxes prélevées pour tous les investissements réalisés sur le territoire sont remboursées aux collectivités avec un délai de trois mois pour les communautés de communes tandis qu’il est de un ou deux ans pour les communes. Cela impacte et pénalise considérablement la gestion de la trésorerie et les budgets municipaux.

Sa seconde revendication concernait le numérique : à l’heure où l’État demande aux Français de réaliser toutes les démarches administratives par internet, une grande partie de la population n’est pas encore familière avec ce mode de communication. Jacques Barbezange a profité de l’occasion pour évoquer aussi la proposition que son syndicat informatique a déposée en association avec le Lot et la Lozère dans le cadre d’un appel à projets lancé par la Caisse des dépôts et consignations pour répondre aux besoins d’inclusion numérique appelé Hub France Connectée. Ce concept consiste à intervenir auprès des Aveyronnais pour les former à l’usage des procédures et autres services administratifs numériques (cartes nationales d’identité, passeports, cartes grises, déclarations fiscales…).

La municipalité doit apporter un service de proximité aux citoyens

En même temps, certaines communes et c’est le cas de Baraqueville n’ont pas été dotées des moyens d’édition des cartes identités et autres passeports. La municipalité se doit pourtant d’apporter un service de proximité à ses citoyens.

Au conseil municipal de décembre, les élus baraquevillois avaient déjà pris une délibération visant à soutenir une proposition de motion du député Arnaud Viala concernant l’ajout d’équipements supplémentaires dans d’autres communes aveyronnaises que les 17 déjà pourvues.

Emmanuel Macron a pris en considération ces deux remarques et les nombreuses autres qui ont été exprimées pendant près de sept heures de débat (dérogation au 80 km/h, avenir de Bosch, maintien des services ruraux, aide à la dépendance, financement des Ehpad…).

Espérons maintenant qu’elles se concrétisent par des décisions et des actes à la hauteur des réponses qu’il a pu formuler et des espoirs qu’il a aussi suscités.

L'immobilier à Baraqueville

115000 €

EXCLUSIVITE. Appartement de type 3 dans résidence avec ascenseur, séjour ou[...]

190000 €

A 15mn de Rodez, exposée plein sud sur un terrain avec vue de 729m², maison[...]

270000 €

A 15mn de Rodez, dans un village avec toutes commodités, et un lac de baign[...]

Toutes les annonces immobilières de Baraqueville
Réagir