Santé

Santé mentale : renforcer les moyens humains et financiers

  • Santé mentale : renforcer les moyens humains et financiers
    Santé mentale : renforcer les moyens humains et financiers
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Au congrès de l’Encéphale 2019 qui se tient actuellement à Paris, la ministre en charge de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé le renforcement des moyens humains et financiers qui permettront en 2019 « d’approfondir la mise en œuvre de la Stratégie Psychiatrie et Santé mentale. »

Dans son discours, la ministre en charge de la Santé a insisté sur la nécessité « de développer et améliorer la formation des professionnels de santé, ainsi que l’offre de soins en psychiatrie sur l’ensemble du territoire ».

Concrètement, cela passera par « le renforcement de la filière de pédopsychiatrie ». Dans le détail, cette décision devrait prendre corps avec « la création de 10 nouveaux postes de chefs de cliniques en pédopsychiatrie en 2019, qui s’ajouteront aux 10 postes créés en 2018. Les capacités d’accueil en termes de lits et de places en hôpital de jour dédiés à la pédopsychiatrie seront également augmentées, en priorité dans les départements où elles s’avèrent faibles ou inexistantes. »

Côté financier, « 50 millions d’euros permettront de consolider les moyens des établissements et services de psychiatrie. Ils s’ajoutent aux 64 millions d’euros issus des crédits dégelés exceptionnellement dans leur intégralité en décembre 2018 ».

Enfin, Agnès Buzyn a annoncé qu’elle nommera à ses côtés « un délégué ministériel à la psychiatrie et la santé mentale chargé de piloter le déploiement de la feuille de route [dans ce domaine] dans les territoires. » Rappelons que celle-ci entend répondre aux grandes thématiques selon trois axes :

– Promouvoir le bien-être mental, prévenir et repérer précocement la souffrance psychique, et prévenir le suicide ;

– Garantir des parcours de soins coordonnés et soutenus par une offre en psychiatrie accessible, diversifiée et de qualité ;

– Améliorer les conditions de vie et d’inclusion sociale et la citoyenneté des personnes en situation de handicap psychique.

Réagir