Neige

Neige : l’Aveyron pris de court lundi 28 janvier

Abonnés
  • Une circulation  plus que perturbée.
    Une circulation plus que perturbée. CPA / CPA
  • Une circulation  plus que perturbée.
    Une circulation plus que perturbée. CPA / CPA
  • Une circulation  plus que perturbée.
    Une circulation plus que perturbée. CPA / CPA
  • Une circulation  plus que perturbée.
    Une circulation plus que perturbée. CPA / CPA
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages
Si la neige était attendue lundi, elle ne l’était certes pas de manière aussi intense... Retour sur une journée blanche.

Un chaos. Tôt lundi matin, la neige est tombée dru, prenant au dépourvu des centaines d’automobilistes sur l’ensemble du département. La densité du trafic habituel d’un lundi matin associée à dix, voire vingt centimètres par endroits d’un tapis neigeux difficile à résorber, a même pris de court les services routiers du département et ceux de la Dirso pour la RN 88 comme l’A 75. Routes coupées à cause de camions en travers de la chaussée, voitures abîmées dans le fossé ou abandonnées en bord de route…

Tous les axes du département sont rapidement devenus impraticables, y compris la RN 88 dans toute la traversée de l’Aveyron (avec mention spéciale à Baraqueville et La Primaube) et même l’A 75 où tout contournement d’un camion à l’arrêt s’est avéré particulièrement délicat. Et toutes les rues de Rodez (lire page suivante) ont subi le même sort, imposant aux véhicules une très lente progression, voire un arrêt complet par endroits. La rue Béteille à Rodez était ainsi, autour de 8 heures, impossible à monter… Les véhicules les mieux équipés n’ont pas eu plus de chance, bloqués bien souvent dans des files ininterrompues de voitures aux pneus inadaptés zigzagant sur la chaussée. Même un chasse-neige du conseil départemental s’est trouvé en panne route de Rignac à Rodez…

Pourquoi cette surprise ?

Les transports scolaires ont été maintenus, mais tous les autocars n’ont pu parvenir à destination, certains s’arrêtant même au milieu du réseau secondaire, comme du côté de Fijaguet… Seuls ceux qui ont pu "livrer" leurs occupants ont été autorisés à aller les récupérer hier soir.

Bref, l’Aveyron a vraiment été pris de court, surtout en basse altitude. Une telle météo ne s’était pas annoncée… "Nous étions en vigilance jaune foncé ! Mais, c’est vrai qu’avec l’analyse a posteriori des éléments observés, la situation aurait mérité une vigilance orange". Les services de Météo France à Albi n’éludent pas la question qui brûle toutes les lèvres : Pourquoi une telle panique ? La réponse est sans langue de bois : "Il suffit d’un petit écart entre les prévisions et le temps subi. On est sur une perturbation océanique hivernale classique de nord-ouest. Mais on ne la voyait pas arriver avec ce scénario-là. Elle aurait dû s’évacuer au milieu de la nuit avec trois quarts de pluie et un quart de neige inoffensive car tombée sur un sol mouillé. Cela a été l’inverse et, finalement, entre 7 h 30 et 10 heures. Elle a été plus lente que prévu, plus active et plus froide ".

En fin de matinée déjà, la neige commençait à fondre. Et les chaussées gelées par des températures nocturnes négatives, laissant craindre dès ce matin, de nouvelles difficultés. D’autant que d’autres averses s’annoncent…

Rebelote ce mardi après-midi

La plus grande prudence est de mise pour mardi après-midi car une nouvelle perturbation est attendue. « C’est la sœur de celle de lundi, avec les mêmes caractéristiques et des effets identiques », soulignent les services albigeois de Météo France. Et de poursuivre sur le sujet : « On peut fixer la limite pluie-neige à 500 ou 600 mètres, et plus bas encore dans la nuit de mardi à mercredi. Il devrait y avoir encore pas mal de neige mercredi matin ». Une amélioration n’est pas envisagée avant dimanche ou lundi prochain…
 

 

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir