Gastronomie

Les Bergers de Vimenet comme autant de reflets de campagne

Abonnés
  • Sabine et Bernard mariés et unis au sein des « Bergers ».
    Sabine et Bernard mariés et unis au sein des « Bergers ». OC -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Fermiers et restaurateurs, Sabine et Bernard forment "les Bergers", un vrai restaurant de campagne. Rencontre.

Dès l’ouverture, le comptoir est assailli. On vient y acheter son pain, prendre son premier café du matin, s’interpellant par les prénoms voire les diminutifs. Chez Sabine et Bernard, on y est comme à la maison. Celle-ci a pour nom : "Les Bergers". Et pour cause, Bernard s’occupe de la ferme avec les brebis, située quasiment en face de l’établissement gourmand. Quant à l’aventure commune, comme un mariage, une photo en témoigne dans le restaurant, celle-ci a débuté en 1990. Une "belle aventure" précise Sabine, sourire aux lèvres, originaire de Castelnau-de-Mandailles, qui a exaucé son rêve : tenir un commerce. "J’ai toujours cuisiné, je n’avais pas ma place à la ferme. J’ai appris aussi avec le livre de cuisine puis j’ai exercé au service à Coussergues et nous avons pu ouvrir Les Bergers", raconte Sabine. Une belle histoire qui lui permet d’échanger avec le client et de lui mitonner des bons plats, telle est sa recette du bonheur. Heureuse de faire ce qu’elle a voulu, "que cela marche", dit-elle en touchant du bois la poutre qui se trouve au-dessus de sa tête. Et ravie aussi que sa fille, aide-soignante à 80 %, l’a rejointe en semaine aux fourneaux.

Comme à la maison

C’est la famille et c’est pour cette raison aussi que l’on s’y sent comme à la maison. Où tout est fait maison évidemment, avec attention assurément dans le simple but de faire plaisir aux gens. "Il y a plein de jeunes producteurs aujourd’hui, Cyril à Gagnac, Florent à Cruéjouls…", énumère-t-elle dans son esprit de partage et ne tenant pas à tirer la couverture à elle. Le produit est essentiel.

"Il y a des gens qui méritent qu’on en parle"

Farçous, tête de veau, les desserts comme le chou à la crème et l’île flottante sont très appréciés. Ce midi-là, au menu : hachis parmentier de volaille, croque-monsieur, soupe de campagne composée de chou, de ventrèche, de pommes de terre… et tarte aux pommes en dessert. Sabine cuisine la campagne. "J’ai toujours voulu tenir un commerce pour rencontrer les gens, échanger. Il y a des gens qui méritent qu’on en parle, on apprend toujours des autres." Et les gens le lui rendent bien. "Les Bergers" servent de lien social, c’est un lieu de vie. Là où le village se retrouve dans une ambiance chaleureuse grâce aux êtres qui peuplent "Les Bergers" et ceux qui les nourrissent. Que ce soit les nombreux membres de l’association de patrimoine "L’eau et la pierre" portant à bout de bras la destinée (et la beauté) du village fortifié, les chasseurs, les aînés du club de l’Amitié ou le visiteur du jour. Des repas pantagruéliques, il y en a eu depuis 1990, le siècle dernier. Il y en a toujours où le dimanche coïncide avec le repas de famille. Des repas dont on ne peut parler et qui ne peuvent, de toute façon, se raconter. Ils se vivent. Échanger et manger vont de pair, c’est le vivant. L’instant présent. à l’extérieur comme à l’intérieur, Sabine et Bernard ont sonorisé la salle et ont construit une terrasse voici deux ans. Histoire de prolonger l’instant, de profiter du soleil couchant. Ici, même les oiseaux ont leur nichoir avec vue sur la terrasse. Et quand vient le soir, à la fermeture, les gens ont bien du mal à partir, les tables parlent encore toute la nuit, se remémorant les échanges, les bons plats cuisinés du jour attendant le repas du lendemain avec délectation.

Renseignements et réservation au 05 65 70 74 25. Ouvert tous les midis sauf le samedi (fermé le deuxième week-end du mois).
Réagir