Gastronomie

A Rullac-Saint-Cirq, la Gastine vous régale avec son fait maison

  • Philippe et Virginie Reynaud vous accueillent.
    Philippe et Virginie Reynaud vous accueillent. PDS / PDS
Publié le / Modifié le S'abonner
A Rullac-Saint-Cirq, avec Les Galettes de la Gastine, Philippe et Virginie Reynaud font découvrir à leurs convives, à la fois,"des recettes locales", mais également exotiques. Chez eux, en toute simplicité.

"C’est un projet atypique en plein cœur de la ruralité." Au bout d’un chemin, au lieu-dit La Gastine, à quelques kilomètres de Rullac-Saint-Cirq, Philippe et Virginie Reynaud sont des hôtes quelque peu particuliers. La ferme, entièrement rénovée par leurs soins, est à la fois une bonne table pour les gastronomes et un coin propice aux balades. Dans un sens ou dans l’autre, peu importe.
À l’intérieur de la salle aménagée pour les repas de groupe, c’est monsieur qui régale, avec des farçous, des galettes – qu’elles soient bretonnes ou… mexicaines –, des plats régionaux (pot-au-feu, aïoli…) ou avec des formules en fonction des envies et des produits de saison. Si la cuisine, ici, est désormais au masculin, cela n’a pas toujours été le cas. Il y a peu, encore, c’est madame qui officiait derrière les fourneaux, faisant ensuite les marchés du coin pour proposer galettes bretonnes et crêpes. Avant un virage à 180 degrés pour tous les deux.
Le (futur) couple s’est rencontré dans le Lubéron, à Pertuis très exactement, région natale de Philippe. Muséographe de profession – il crée des décors pour les musées –, ce dernier trouve un nouveau souffle dans sa carrière dans un atelier à Réquista, un département inconnu pour le couple. "Nous avions envie de changement et nous avons été servis ! Mais, il n’y a aucun regret car l’Aveyron est une véritable terre d’accueil", soulignent-ils en chœur.
Dans le même temps, Virginie, sûrement poussée inconsciemment par des ancêtres bretons, se lance dans la confection de galettes et de crêpes afin de les vendre sur les marchés. 
"Un bon équilibre familial"
En parallèle, ils trouveront rapidement, au bout d’un chemin, la ferme de leur bonheur, d’où le nom d’ailleurs de l’entreprise, « Les Galettes de la Gastine ». Des galettes qui deviendront petit à petit des farçous et autres produits de terroir. Au bout de cinq ans, Philippe prend la suite de son épouse, celle-ci ayant obtenu un agrément pour deux personnes en tant que famille d’accueil thérapeutique. Pas maladroit de ses mains, le maître des lieux s’attache, à la fois, à rénover une partie de la ferme pour un projet d’accueil de groupes et, surtout, à proposer dans les différents marchés de la région (Cassagnes-Bégonhès, Sauveterre-de-Rouergue, Naucelle et Rieupeyroux) des farçous dignes de ce nom. Pour cela, il a opté pour des produits locaux (et donc frais), comme la farine de la minoterie de Moyrazès, le pain de la boulangerie de Taurines ou encore les légumes des cultivateurs du coin. " Je fais également mon jardin pour le persil, la ciboulette et une partie des blettes, met-il en avant. Et avec Virginie, nous préparons également des confitures maison." Prunes, groseilles, mûres et figues se retrouvent ainsi en bonne place sur les étagères.
Récemment, le projet a finalement pris corps. Dans une grande salle ouverte sur la vallée et sur la cuisine, Philippe, aidée par son épouse bien entendu, invite ses convives à découvrir des plats aussi variés que les soupes (garbure, au pistou…), les fajitas (galettes à base de farine de maïs), la potée… Et à se dégourdir les jambes (ce n’est pas obligatoire bien entendu !) grâce notamment à quelques balades sur des chemins de randonnée balisées afin d’admirer, par exemple, le château de Taurines…
« Il était important de faire vivre le lieu, explique le couple. Nous aimons partager, discuter… Petit à petit, les choses avancent comme nous le souhaitons. Et surtout avec un bon équilibre familial. »
Paulo DOS SANTOS
Renseignements au 06 77 94 97 82 ou par mail virginie.reynaud12@orange.frPlus d’informations sur le site internet lesgalettesdelagastine.fr

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir