Réseau

A3, la communauté d’intérêts qui dynamise l’Aveyron

  • Tout un groupe prêt à aller de l’avant au sein d’un nouveau réseau fédérateur d’énergies.
    Tout un groupe prêt à aller de l’avant au sein d’un nouveau réseau fédérateur d’énergies. c.c. - c.c.
Publié le / Modifié le S'abonner
Le réseau nouvellement créé fédère associations, clubs et entreprises au bénéfice d’un développement innovant du territoire.

Plus forts ensemble", telle pourrait être l’étendard du réseau A3, initiative innovante visant à mettre en commun toutes les énergies aveyronnaises qui concourent à dynamiser, économiquement, socialement et culturellement, le département.

Un réseau pour faire savoir les savoir-faire, au bénéfice de l’emploi, de l’intégration, de l’attractivité.

L’idée a germé au marché de l’Aveyron à Paris, en octobre, sous l’impulsion de Michel Alibert ("12e sens", fédération des artisans et commerçants de l’Aveyron) et Alain Picasso (Face 12, Fondation agir contre l’exclusion). Deux réseaux pour en créer d’autres et, finalement, répondre à bien des attentes.

Partager actions et événements

A3 a été dévoilé au marché de l’Aveyron à Paris, en octobre, où les liens savent se créer entre les Aveyronnais "de l’extérieur" et ceux "de l’intérieur". Résultat, le nouveau réseau peut désormais s’appuyer sur plus d’une trentaine de clubs, associations, entreprises… et même syndicat agricole sous la bannière des Jeunes Agriculteurs.

"Les réseaux aveyronnais ont toujours bien fonctionné. On s’est dit alors, pourquoi ne pas fédérer tout le monde, créer un agenda partagé, pour que chacun renforce les événements que les autres organisent et que l’Aveyron puisse bénéficier de toutes ces forces vives", glisse Michel Alibert.

Coopérer, innover, fédérer… Voilà ce qui s’inscrit sur la feuille de route, en grand format (A3), de ce "club de construction massive" qui mutualise les outils nécessaires à "accueillir et intégrer les nouveaux entrepreneurs qui arrivent sur le territoire", "donner un coup d’accélérateur aux actions territoriales en faveur de l’emploi", partager les recrutements, trouver de l’emploi aux conjoints "d’expatriés"…

Nouvelle application et "soirée des réseaux"

"C’est en quelque sorte une communauté d’intérêts avec un mot d’ordre : œuvrer pour le développement économique de l’Aveyron, ajoute Alain Picasso. Ce n’est pas une structure de plus pour “faire à la place des autres”" Et c’est bien la "positive attitude" qui doit guider les membres du réseau.

Lesquels ont tous répondu présents jeudi soir au restaurant Le Kiosque à Rodez, pour porter sur les fonts baptismaux la nouvelle application à télécharger sur internet (reseau-a3.fr) afin de partager les agendas, les actions, les événements, les contacts. Et en matière d’événement, A3 sera au cœur, le 23 mai, de la première "soirée des réseaux" organisée à l’aéroport, où près d’un millier de participants sont attendus.

Pour l’heure, A3 songe à se structurer juridiquement pour pouvoir créer des événements. Une association pourrait donc être la formule choisie, "avec des commissions pour fonctionner en mode projets".

Qui sont-ils ?

Ils sont plus d’une trentaine à avoir déjà rejoint le réseau A3. Parmi eux, Les JCE de Rodez et Millau, les DCF, le Centre des jeunes dirigeants, « 12e sens », BNI, Sismic, les Business Ladies, Face Aveyron, Ping-Pong Cowork, Station A, le Cercle des dirigeants aveyronnais, Artistes chefs, la salle ruthénoise Le Club, Aveyron Worlwide et les Aveyronnais d’ici et d’ailleurs, Coworking Rodez, le syndicat des architectes de l’Aveyron, Aveyron Connexion, le Jardin d’Arvieu, les Jeunes Agriculteurs…
 

Christophe Cathala
Réagir