Sociéte

L’école publique de Sénergues bloquée par les parents d’élèves

  • Parents, habitants et élus tous mobilisés pour l’école.
    Parents, habitants et élus tous mobilisés pour l’école.
Publié le / Modifié le S'abonner

Face à la menace d’une suppression de poste, à l’école publique, les parents d’élèves du Regroupement pédagogique intercommunbal (RPI) Espeyrac - Saint-Félix-de-Lunel-Sénergues, ont paci- fiquement occupé une salle de classe à Sénergues, vendredi matin. Alerté par la directrice, M. Bellay, IEN du secteur d’Espalion, s’est rapidement rendu sur les lieux pour rencontrer le personnel enseignant et les élus des trois communes. Puis M. Bellay a reçu une délégation de représentant des parents d’élèves en présence des élus. Il a tenu à rappeler d’emblée que l’occupation d’une salle de classe s’assimile à une intrusion et que la directrice est en mesure de déclencher le plan de protection de mise en sécurité dans le cadre de Vigipirate.

La procédure d’arbitrage sera rendue fin février

La délégation de parents d’élèves fait part de son mécontentement face à cette décision, d’autant que l’effectif d’élèves prévu pour la rentrée 2019-2020 est en augmentation de quatre. Il est fait remarquer avec insistance à M. Bellay, que les 2-3 ans présents à l’école ne sont pas comptabilisés ce qui est très préjudiciable aux écoles situées en zone de montagne.

Un dialogue respectueux s’instaure entre les parties. M. Bellay assure que l’augmentation des effectifs a été bien prise en compte dans l’analyse du retrait envisagé d’un poste avec un poste d’accompagnement à mi-temps. Pour l’instant c’est un projet, rien n’est arrêté, aucune décision n’est prise. Il précise que le dossier a été étudié avec la plus grande attention par l’inspection académique, mais que le département de l’Aveyron va perdre 400 élèves et qu’il faut qu’il y ait le juste équilibre dans chaque école. La procédure d’arbitrage ne sera rendue que fin février. Les parents d’élèves demandent le maintien du poste et souhaitent qu’il y ait un comptage à la rentrée. Le maire fait remarquer les baisses des dotations de l’État qui se désengage mais que les municipalités doivent assumer des dépenses supplémentaires pour l’accueil des élèves.

Après avoir remercié M. Bellay pour son écoute, les parents d’élèves ont levé le blocage de la salle de classe.

Réagir