Justice

Rodez : quatre ans ferme pour avoir voulu trancher la tête d’un invité avec un sabre

  • Le tribunal correctionnel de Rodez a condamné le sans-domicile fixe à quatre ans de prison ferme avec mandat de dépôt, mais n’a pas retenu l’interdiction de séjour dans le département.
    Le tribunal correctionnel de Rodez a condamné le sans-domicile fixe à quatre ans de prison ferme avec mandat de dépôt, mais n’a pas retenu l’interdiction de séjour dans le département. Archives : José A. torres -
Publié le / Modifié le S'abonner
Un sans-domicile fixe a été condamné à quatre ans de prison à la barre du tribunal de Rodez, lundi 11 février. Invité samedi pour un anniversaire, il a tenté de trancher la tête d’un invité à l’aide d’un sabre.

« On a évité le pire mais le pire est à venir ». Les mots du substitut du procureur de la République de Rodez, Cherif Chabbi, sont savamment choisis. Face à lui, un prévenu d’une trentaine d’années, qui a frôlé « l’instruction criminelle », samedi soir.

Ce jour-là, l’homme, sans-domicile fixe, est invité à un anniversaire, rue Saint-Cyrice, dans la préfecture aveyronnaise. L’alcool coule à flots. Un peu trop pour ne pas éviter les disputes et les contacts physiques. Le convive, peu à l’aise, « se sent menacé » par un autre individu, qui n’est pas un inconnu. « C’est un psychopathe en latence. Je savais que si je restais, il y aurait un drame. »

La tension monte entre les deux concernés. La victime place la tête du trentenaire sous un coussin. « J’ai vu rouge », a confirmé l’intéressé à l’audience correctionnelle, hier. Il repère un katana (sabre japonais) accroché au mur, le récupère et l’utilise pour agresser celui qui le dérange depuis le début de soirée.

Voyant le prévenu se rapprocher, ce dernier met son avant-bras droit en opposition pour éviter de voir la lame lui trancher la tête. Ce geste lui évite le pire mais lui tranche des tendons et touche certains muscles. La blessure, qui nécessitera toutefois une intervention chirurgicale en urgence, entraîne 30 jours d’interruption temporaire de travail (ITT) voire une possible infirmité.

« Une personne en souffrance »

« Cet homme est une personne en souffrant, ancien toxicomane, a rappelé le ministère public au cours de son réquisitoire. Ce qui s’est passé samedi arrive malheureusement trop fréquemment à Rodez ».

Mettant en cause la « déresponsabilité absolue » du trentenaire, le vice-procureur ruthénois a insisté sur son « culot », « mentant avec aplomb ». « Il voulait clairement atteindre la tête de la victime et ne cesse d’avoir des déclarations à géométrie variable ».

Soulignant son interrogation sur la suite à donner à ce dossier, « qui aurait pu finir en tentative de meurtre », Cherif Chabbi a mentionné la peine maximale encourue : quatorze années.

Pour l’intéressé, le représentant du ministère public n’en demandera que cinq, assorti du mandat de dépôt et d’une interdiction de séjour de cinq ans en Aveyron.

Le tribunal correctionnel de Rodez a condamné le sans-domicile fixe à quatre ans de prison ferme avec mandat de dépôt, mais n’a pas retenu l’interdiction de séjour dans le département.

L'immobilier à Rodez

122000 €

Très bel appartement T4 traversant avec vue dégagée sur le pont de Bourran.[...]

540 €

Dans le centre ville de RODEZ, a proximité immédiate des commerces et des t[...]

451 €

Secteur BOURRAN(VILLA SOPHIA- 15 avenue Jean Monnet), à louer dans résidenc[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir