Quatre jours autour de Filip Forgeau

Abonnés
  • K. Pérez, F. Forgeau et P. Flahaut invitent la danseuse de flamenco Fiona Petot sur scène.
    K. Pérez, F. Forgeau et P. Flahaut invitent la danseuse de flamenco Fiona Petot sur scène.
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Sur les planches de la Maison du peuble ce soir, Kévin Pérez signe le retour de "Federico’s".

Les adeptes des créations théâtrales de la Fabrick ont certainement déjà entendu son nom.

Filip Forgeau fait partie de l’histoire du théâtre millavois et de la compagnie Création éphémère. Auteur, comédien, metteur en scène, il prête régulièrement sa plume et son talent, sur commande, à Kévin Pérez, Philippe Flahaut et toute la clique de la Fabrick. Pendant quatre jours, depuis vendredi 15 février, la compagnie a décidé de braquer tous les projecteurs les textes et l’œuvre de son ami breton.

Ainsi, vendredi, Marie-des-Neiges Flahaut incarnait les mots de Forgeau dans “Univers’Elle”. Samedi, en début de soirée, l’auteur livrait, à la Fabrick toujours, des bribes de ses projets en cours, largement dominés par la thématique de l’exil et de l’errance.

Ce mardi soir, pour clôturer cette parenthèse, “Federico’s” change d’échelle, pour s’inviter à la Maison du peuple.

Courant 1939. Ricardo Perez fuit les prémisses de la dictature du général Franco et s’installe dans le Tarn. Là, il s’engagera dans les maquis de la Résistance française.

De la vie de son grand-père, décédé alors qu’il n’avait que 6 ans, le Millavois Kévin Pérez n’en connaît guère plus. Jamais l’aîné n’a voulu s’épancher. Ses enfants ont compris, et accepté ce silence.

Un vide à combler

De toutes ces questions restées en suspens, de ce " vide à combler", Kévin Pérez a voulu se saisir. "C’est le point de départ du seul-en-scène que j’incarne, Federico’s, commence le trentenaire.

Avec Filip Forgeau, à qui j’ai commandé le texte, nous sommes partis à la rencontre de républicains espagnols réfugiés en France, nous avons fouillé les textes et les images de cette époque pour comprendre." à partir de ce travail de documentation, l’auteur a brossé les traits de trois personnages : trois Federico, trois générations pour un seul homme. Et si, sur scène, Kévin Pérez saute de l’un à l’autre sans crier gare, Filip Forgeau y voit un indispensable devoir de mémoire. " Il est urgent de montrer des images, d’aller plus loin que les mots pour montrer le fascisme et questionner les responsabilités", ajoute Philippe Flahaut, aux manettes de la mise en scène.

Et Kévin Pérez de rebondir : "Cette histoire, qui est la mienne, plane sur l’Espagne et des milliers de familles depuis 80 ans. Aujourd’hui encore, les petits-enfants d’opposants retournent les fosses communes pour retrouver leurs aînés. La pièce permet de ressentir ce sentiment-là, elle balaie l’histoire jusqu’à aujourd’hui."

Achevée en 2014 et en tournée depuis, la pièce, qui n’en demeure pas moins une fiction, revient donc sur les planches millavoises ce mardi. "Ce ne sera pas comme la première, quand toute ma famille était dans la salle, se souvient Kévin Pérez. Au fil des représentations, j’ai appris à me détacher de cette histoire, dans le sens où elle est partie de moi, mais je retiens plus que tout son écho universel."

Théâtre. Un homme, trois générations face à l’exil espagnol

Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

492 €

APPARTEMENT SITUE RUE VIEUSSENS PROCHE MULTIPLEX DANS RESIDENCE CALME ET EN[...]

615 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Un sas d'entrée (avec un dég[...]

308 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE Une entrée ouvert sur salon [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir