Patrimoine

Il était une fois à l’ouest de Rodez

Abonnés
  • L’avenue Victor-Hugo  et la rue Combarel au début  du siècle dernier.
    L’avenue Victor-Hugo et la rue Combarel au début du siècle dernier. Le Carto-Club Aveyronnais www.cartoclub12.com -
Publié le / Modifié le S'abonner
L’avenue Victor-Hugo va connaître prochainement de nouveaux travaux. Une bonne occasion pour le service du patrimoine de raconter, à travers une nouvelle série, l’histoire de cette partie de Rodez…

Au Moyen Âge et à l’époque moderne, l’étendue située à l’ouest de la cathédrale est hors de l’enceinte de la ville. Les jardins et près de ce vaste espace, et le lieu où se tiennent les foires, le foirail, sont presque complètement dépourvus de construction.

L’hôpital de Sainte-Marthe (futur hôpital Combarel) s’y installe le long d’une rue au début du XIIIe siècle : la première mention connue apparaît dans les textes en 1215. La rue poursuit celle qui dessert le Bourg depuis le sud-ouest, la rue du Bal.

Au Moyen Âge, le comte s’emploie à développer l’activité commerciale du Bourg. Les foires à bestiaux se tiennent au Foirail et au pré de la Conque, au nord du Foirail, où subsistent peut-être encore des vestiges de l’amphithéâtre antique. La construction d’un puits proche de l’église de l’hôpital en 1359 indique le développement du faubourg.

La voie principale de ce "versant occidental" de Rodez est l’axe qui aboutit à la fin du Moyen Âge à la porta nova contre la cathédrale. Il est l’aboutissement de la route de Cahors par l’actuelle avenue Victor-Hugo, dite via nova. C’est un axe court, qui prend naissance à hauteur de la croix del foyral, au carrefour de deux voies venant de l’ouest : celle du nord par le lieu-dit Albespeyres, les pierres blanches, et celle du sud depuis le moulin de la Gascarie. Ces deux voies circonscrivent le foirail, vaste espace inculte. Le triangle de terres entre la rue Combarel et l’avenue Victor-Hugo est occupé de jardins et enclos par une muraille. La rue qui longe l’hôpital Sainte-Marthe, actuelle rue Combarel, prend naissance face à la porte des Cordeliers, dans le prolongement de la rue du Bal, et aboutit au carrefour marqué par la croix du Foirail. En parallèle, une seconde voie part de la porte Penavayre et aboutit à la via nova.

Le faubourg Sainte-Marthe à l’époque moderne

La fondation qui marque le passage à l’époque moderne pour l’ouest de Rodez est celle des Chartreux (Haras aujourd’hui). C’est la première construction d’importance dans ce secteur depuis celle de l’hôpital au XIIIe siècle. L’implantation à l’extrémité ouest du promontoire est propre à recevoir la Chartreuse, qui se devait d’être hors de la ville et nécessitait de vastes espaces pour établir les deux cloîtres et les ermitages individuels pour les moines. Dans l’intervalle de temps qui sépare la fondation de la fin de la construction de l’église, les chartreux utilisaient la chapelle de Notre-Dame de Pitié, érigée vers 1513-1515 et qui existe toujours.

Après les chartreux, les capucins

Le deuxième ordre religieux à s’établir dans le faubourg Sainte-Marthe est celui des capucins. Plusieurs dons d’habitants de la ville, constitués de jardins, maisons et champs et de legs financiers, permettent de poser la première pierre du couvent (ancienne prison de Rodez), au sud de la rue Combarel, en 1618.

L’époque moderne voit également un changement majeur pour le haut de la rue. L’hôpital Sainte-Marthe absorbe en 1676 tous les autres hôpitaux de Rodez pour devenir l’hôpital général.

À suivre…

Chaque semaine, Centre Presse ouvre ses colonnes au service du patrimoine de Rodez Agglomération. Laissez-vous entraîner dans son sillage à la découverte de ces trésors, connus ou méconnus, de l’agglomération ruthénoise.
L'immobilier à Rodez

280 €

RODEZ : Studio dans résidence récente, hall d'entrée avec placard, une pièc[...]

473 €

RODEZ-HYPERCENTRE : appartement de type 3 duplex, au calme du centre ville[...]

115000 €

RODEZ , centre historique, dans petit collectif appartement de type 3/4 av[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir