Cyclisme

Le Vélo club Rodez se met à l’heure espagnole

Abonnés
  • Qu’ils soient pratiquants de cyclisme sur route ou de VTT, une soixantaine de membres du VCR vont se retrouver à Empuriabrava, en stage, à partir d’aujourd’hui.
    Qu’ils soient pratiquants de cyclisme sur route ou de VTT, une soixantaine de membres du VCR vont se retrouver à Empuriabrava, en stage, à partir d’aujourd’hui. Archives VCR / Archives VCR
  • Qu’ils soient pratiquants de cyclisme sur route ou de VTT, une soixantaine de membres du VCR vont se retrouver à Empuriabrava, en stage, à partir d’aujourd’hui.
    Qu’ils soient pratiquants de cyclisme sur route ou de VTT, une soixantaine de membres du VCR vont se retrouver à Empuriabrava, en stage, à partir d’aujourd’hui. Archives VCR / Archives VCR
Publié le / Modifié le S'abonner
Pour la cinquième année consécutive, le Vélo Club Rodez met le cap sur l’Espagne pour y accomplir, à partir d’aujourd’hui, son stage d’avant-saison.

Chaque hiver depuis maintenant plusieurs années, l’Espagne constitue LA destination choisie par les équipes professionnelles pour y accomplir l’un de leurs stages d’avant-saison. La raison ? Les nombreux avantages qu’offre le pays, avantages qui séduisent désormais de façon bien plus large, en allant jusqu’au monde amateur. Depuis 2015, le Vélo Club Rodez a en effet choisi, lui aussi, comme d’autres clubs français, d’y poser ses bagages pendant quelques jours au mois de février, comme ce sera le cas à partir d’aujourd’hui, à Empuriabrava en ce qui le concerne.

" Auparavant, on partait en stage à Saint-Chinian (dans l’Hérault, NDLR), dans un centre de vacances, après être également allés à Vias et à Sète (toujours dans l’Hérault), raconte Victor Santos, président du VCR depuis 2007. La contrainte là-bas était que le nombre de participants devait être le même du début jusqu’à la fin étant donné que le centre ouvrait spécialement pour nous et que ses responsables devaient mobiliser un nombre d’employés précis pour nous. On m’a alors parlé d’aller en Espagne, notamment pour le climat, mais j’ai été réticent au départ, pour la simple raison que l’on prenait en charge des mineurs, avec les problématiques que cela implique quand on se rend à l’étranger. J’ai fini par me laisser convaincre et pour y avoir participé la deuxième année, j’ai pu constater que c’était super, avec tous les avantages du séjour à la carte puisqu’on loge à l’hôtel. Rapidement, les cyclos et les seniors se sont joints au groupe des jeunes cyclistes et aux familles qui les accompagnaient. Le climat là-bas est clément, le terrain est varié, il n’y a pas que du littoral, c’est vraiment idéal."

Aubaine pour les hôtels

Alors en saison morte, les imposants complexes hôteliers dotés de plusieurs centaines de chambres accueillent les groupes en leur proposant des tarifs avantageux et amortissent ainsi le début d’année sur le plan financier.

"On est assaillis d’offres d’établissements situés aux Baléares ou sur la Costa Brava, poursuit le dirigeant. L’avantage en allant là où l’on va, c’est que l’on n’est qu’à trois heures et demie de Rodez, ce qui permet de rentrer rapidement en cas de souci. L’hôtel qui nous reçoit depuis la première année possède un vrai savoir-faire dans l’accueil des groupes et dispose de garages pour les véhicules et remorques, ainsi que de boxes sécurisés pour les vélos. Étant donné qu’au total, on en compte plusieurs centaines, ça représente un peu d’argent. De plus, il s’adapte au nombre de nuitées ainsi qu’aux horaires des repas. Si l’on rentre d’une sortie à 14 h, on peut déjeuner à cette heure-là sans problème."

Au programme des participants, parmi lesquels figurent, cette année, Pauline Sabin-Teyssèdre et Alex Molin-Pradel, des dizaines de kilomètres sur les routes catalanes, nécessaires dans l’optique de la saison à venir.

"L’objectif est de voir à peu près où les coureurs se situent dans leur préparation, détaille celui qui occupe également le poste de trésorier au sein de la ligue d’Occitanie. Ils vont rouler en groupe ou apprendre à le faire, travailler les relais, les éventails, les sprints, effectuer des tests physiques… L’avantage, compte tenu du fait qu’on divise le groupe en plusieurs catégories, est que si l’on remarque un bon élément dans l’une d’entre elles, on peut le tester dans celle d’au-dessus ; et inversement, si quelqu’un est en difficulté, il peut descendre d’un échelon. Certains vont rouler matin et après-midi et pour les seniors, on est un peu sur le rythme d’une course à étapes. Enfin, quand le temps ne permet pas d’aller rouler, Patrick Boutonnet (l’un des entraîneurs), qui est mécanicien spécialisé, donne un cours sur les rudiments de la mécanique : comment changer un pneu, un câble, régler un dérailleur…"

"Les voitures sont respectueuses des cyclistes"

Avec cinquante-huit participants cette année, dont des jeunes, et "parfois un groupe de quarante unités au départ", la sécurité constituera encore une fois un point essentiel du bon déroulement du stage, avec ce que cela implique pour les responsables du club.

"On met en place une escorte, avec une ou plusieurs voitures, un scooter, pour que tout soit parfait", indique Victor Santos, avant de vanter, là encore, l’un des atouts de l’Espagne : "Là-bas, les voitures sont respectueuses des cyclistes, contrairement à ce que l’on peut souvent voir en France. C’est vraiment appréciable. L’an dernier, un automobiliste nous avait klaxonnés dans une côte alors qu’il pouvait largement passer et qu’on était en groupe escorté, et quand on a regardé la plaque de sa voiture, on a vu qu’elle n’était pas immatriculée en Espagne mais en 66 (les Pyrénées-Orientales)…"

Routiers et vététistes réunis

En plus des cyclistes sur route, plusieurs membres de la section VTT du VCR seront présents à Empuriabrava, pour la première fois simultanément (Victor Santos : « L’an dernier, ils étaient arrivés lorsque nous partions mais cette année, on a choisi d’y aller ensemble, pour fédérer tout le monde »), mais avec un programme légèrement différent puisque les jeunes participeront, ce week-end, à la manche de la Coupe catalane de VTT XCO de Banyoles, commune située à une quarantaine de kilomètres du « camp de base » du club.
 

Romain Gruffaz
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

230000 €

Immeuble d'habitation composé de 3 studios, 2 T2, cave et garage, à 5 mn à [...]

318 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE Entrée avec dégagement, cuis[...]

557 €

Situé au cœur du Faubourg ! Cet appartement T3 d'une surface totale de 62 m[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir