régional 1 (18e journée)

Football : Luc-Primaube – Onet, un derby entre amis

  • Les présidents Barbier de Reulle (LPFC) et Luban (OCF).
    Les présidents Barbier de Reulle (LPFC) et Luban (OCF). DR / DR
  • Les présidents Barbier de Reulle (LPFC) et Luban (OCF).
    Les présidents Barbier de Reulle (LPFC) et Luban (OCF). DR / DR
Publié le / Modifié le S'abonner
Les présidents Barbier de Reulle et Luban font le plus souvent cause commune alors que leurs deux formations fanions se retrouvent face à face ce samedi soir (18 h 30) à La Primaube.

C’est plus qu’un constat : une évidence. Les présidents des clubs de Luc-Primaube et d’Onet-le-Château sont bras dessus, bras dessous. Il suffit de les écouter parler sur leur saison respective pour constater que les deux formations engagées dans une nouveauté, la poule C de Régional 1 avec uniquement des clubs du Languedoc-Roussillon et eux, les Aveyronnais, pour le constater.

Prêts de terrains pour les entraînements

D’abord, sur les coûts et les distances : " ça nous a créé des soucis financiers évidemment, on partait dans l’inconnu et de loin, sur des matches le dimanche, donc c’est une organisation à revoir. ", affirment d’une même voix Dominique Barbier de Reulle (LPFC) et Eric Luban (OCF). Et maintenant, après plus de la moitié de la saison disputée ? "On est agréablement surpris par le niveau de jeu, l’accueil. On nous avait vendu des matches difficiles avec des ambiances dans les stades tendues, ce n’est pas le cas ", détaille le président luco-primaubois. Du côté d’Onet, Luban confirme : " Il y a un gros niveau avec des joueurs qui peuvent évoluer dans des divisions supérieures". Résultat : les deux Aveyronnais sont en queue de classement. Le LPFC est bon dernier, Onet juste au dessus, mais avec certes trois matches en moins (!).

Une fois passée la découverte, reste le foot, le terrain. Et là, encore une fois, les deux dirigeants sont sur la même longueur d’onde : "Pour le moment ça va, on est un peu sur une année charnière avec le changement de stade, la période hivernale qui nous a obligés à jouer ailleurs, mais on s’entend bien avec les clubs de Druelle et Luc qui ont des synthétiques, et qui nous ont aidés pour nous entraîner". Propos d’Eric Luban corroborés par son homologue : "On ne savait pas où on allait, on n’a pas pu renforcer le groupe par manque de moyens financiers, c’est d’ailleurs le souci aveyronnais ! Et il a fallu faire avec les aléas, les suspensions, la blessure de Simon Roda notre capitaine sur le terrain et dans les vestiaires, du coup il y a une légère déception, mais on a repris le rythme, on vise maintenant le milieu de tableau. "

"On a l’impression que les instances n’en ont rien à faire des Aveyronnais"

En tout cas, s’il reste un motif de colère pour les deux présidents, c’est bien l’écoute de la Ligue d’Occitanie comme le répète à l’envi Eric Luban : "Avec Dominique, on attend de façon conjointe la réunion de tous les clubs dans un mois pour donner notre avis, mais on a l’impression que les instances n’en ont rien à faire des Aveyronnais. Pour autant, ça ne nous empêchera pas de dire ce qu’on a à dire ! "

Retour au terrain tout de même avec le derby qui approche, demain à 18 h 30 sur la pelouse de la Primaube, après un match aller remporté par Onet alors que Luc vivait sa période de vaches maigres. Rivalité y a-t-il donc ? "Pour moi, tout va se jouer uniquement sur l’aspect sportif, j’ai des relations excellentes avec le club d’Onet et ça doit le rester, mais surtout on se concentre sur notre besoin de points. C’est un match à trois points comme les autres qui comptera pour le classement final", déclare de son côté le président des vert et jaune. Même son de cloche à Onet : "Ce n’est pas un match décisif pour la saison, il y en aura encore à jouer et même si la rencontre aller s’est très bien passée pour nous, il faudra surtout que l’on fasse attention aux cartons pour penser aux rencontres suivantes. " D’autant plus que, contrairement à des situations lointaines dans le temps maintenant, tous les joueurs se connaissent et se côtoient en dehors des terrains.

Et si, pour terminer, on demande un pronostic aux deux hommes, c’est bien la seule fois que l’avis diverge. "Je pense, et je reprends la citation de mon prédécesseur Alain Cisternino, “qu’on va les écraser 1-0 !”", dit-on chez les locaux. En face, on reste plus mesuré : " Je n’aime pas faire de pronos… Allez, un match nul." Réponse demain soir.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Luc-La-Primaube

335000 €

A 10 minutes de LA PRIMAUBE cette belle maison vous séduira par son cachet [...]

530 €

SUR LE SECTEUR DE LA PRIMAUBE APRT DE TYPE T4 EN DUPLEX LUMINEUX AVEC DE BE[...]

159000 €

A 5 mn de Rodez, et de toutes commodités, maison de 170m² comprenant 5 cham[...]

Toutes les annonces immobilières de Luc-La-Primaube
Réagir