Football - National

Rodez : bien plus que trois points

Abonnés
  • Ugo Bonnet (à gauche) félicité par ses partenaires après son but, qui a offert à Rodez une victoire des plus précieuses.
    Ugo Bonnet (à gauche) félicité par ses partenaires après son but, qui a offert à Rodez une victoire des plus précieuses. Photos Philippe Le Brech / Photos Philippe Le Brech
  • Ugo Bonnet buteur.
    Ugo Bonnet buteur. Photos Philippe Le Brech / Photos Philippe Le Brech
Publié le / Modifié le S'abonner

En s’imposant au Mans, le Raf s’est encore dégagé la voie vers la Ligue 2.

 

Il est des joies consécutives à des victoires différentes des autres, qui en disent long, et celle manifestée par les joueurs du Raf hier, au coup de sifflet final de M. Landry, fut de celles-là. Pendant quelques minutes, de façon individuelle ou collective, Amiran Sanaia et ses partenaires en laissèrent en effet éclater une bien plus intense qu’à l’accoutumée ; une joie qu’ils partagèrent avec les quelques supporters ayant fait le déplacement jusqu’au Mans, en allant sauter devant eux au rythme du "Qui ne saute pas n’est pas Ruthénois" scandé par les seconds cités, et qui, quelques instants auparavant, avait offert un contraste saisissant avec l’abattement des Manceaux, mains sur les hanches ou sur les genoux, voire carrément allongés par terre.

Peyrelade : "La route est longue"

S’il est donc des joies consécutives à des victoires différentes des autres, c’est aussi parce qu’il est des victoires différentes des autres, et celle décrochée hier par la bande à Peyrelade sur la pelouse du MMArena en fait partie. Un succès à la même valeur mathématique que ceux obtenus à domicile face à Dunkerque (4-1), vendredi dernier, ou à Drancy (1-0), mardi, lors des deux premières rencontres de ce bloc de trois matches en huit jours, pour reprendre l’idée défendue à maintes reprises par le tacticien, mais à la portée bien supérieure puisqu’il permet aujourd’hui à son groupe de compter huit points d’avance sur les Sarthois, ce qui fit dire à Richard Déziré, leur entraîneur, en conférence de presse : "Vous les avez, les deux qui vont accéder à la Ligue 2 (Chambly et Rodez, NDLR). C’est acté, c’est réglé". Un jugement loin d’être partagé par son homologue, qui, juste avant, avait insisté : "Le championnat ne s’arrête pas ce soir, il va se passer encore plein de choses. La route est longue, c’est dur, mais c’est bien quand, psychologiquement, tu es dans de bonnes dispositions pour travailler, être serein, peinard dans ton coin".

Déziré : "Trop d’erreurs"

Ce confort, ses hommes, qui l’ont, de son propre aveu, "épaté dans l’énergie et, par moments, la qualité", se le sont offert grâce à un match dans la lignée des précédents, solide, sérieux et maîtrisé, malgré une deuxième période plus difficile que la première, du fait de la fatigue logique née de l’enchaînement des rencontres en un temps restreint et de la grosse pression mise par les Manceaux pour revenir au score et ainsi rectifier le tir après une première mi-temps au cours de laquelle ils se rendirent coupables de "trop d’erreurs", selon Déziré, qui confia s’être "fâché très fort à la pause, mais sans parler d’organisation ni de tactique, juste d’attitudes".

Le Mans insiste, Rodez tient

Mais si erreurs il y eut, ce fut en partie à cause de Douline et de ses partenaires, qui, par leur présence en nombre dans l’axe et le peu d’espaces laissés, obligèrent Boissier et ses coéquipiers à écarter le jeu et ainsi à abandonner leur circuit préférentiel au profit des côtés, d’où partirent des centres souvent trop peu dangereux - exception faite de ceux de Vialla pour Crehin, qui déboucha sur une frappe non cadrée (4e), et Montiel, dont la reprise de la tête ne fut pas non plus cadrée (29e) -, à l’inverse de celui de Bonnet, qui faillit être à l’origine d’un but contre son camp de Lemonnier (1e), de Tertereau pour David, qui donna lieu à une reprise de la tête juste au-dessus du but (21e), ou de Ruffaut pour ce même David, buteur mais signalé hors-jeu (27e).

Pas abattu par la décision de l’arbitre, l’attaquant mit Aymes à l’épreuve sur coup-franc (40e), avant que Bonnet, juste avant la pause, d’un petit ballon, ne trompe le gardien manceau (0-1, 45e). Un coup de massue sur la tête des promus, revenus sur la pelouse bien avant leurs adversaires, qu’ils firent trembler à plusieurs reprises, par Vialla (47e), Confais, dont la tentative échoua sur le poteau gauche de Desmas (56e), Hafidi, dont la frappe ne trouva pas le cadre (60e), Diarra, dont la reprise de volée fut captée par Desmas (66e), ou encore Crehin, qui pensa avoir marqué mais fut sanctionné d’un hors-jeu (71e), puis décocha une frappe à bout portant repoussée par Desmas (80e). En face, Bonnet eut l’opportunité d’ôter définitivement tout suspense quant à l’issue de la confrontation mais perdit son face-à-face avec Aymes (88e), sans que ce fût préjudiciable, celui qu’il avait remporté précédemment ayant suffi à son bonheur et à celui du club.

 

Desmas a gardé sa cage inviolée.
Desmas a gardé sa cage inviolée. - Photos Philippe Le Brech

 

Décisif comme Arthur Desmas

Si le Raf est parvenu à conserver son avantage en seconde période, malgré la grosse pression mise par Le Mans sur sa défense, il le doit en partie à son gardien de but, Arthur Desmas, qui, lorsque les Sarthois firent preuve de suffisamment de justesse pour se montrer dangereux, de loin ou de près, effectua les interventions qui s’imposaient.
« On a vraiment beaucoup, beaucoup subi en deuxième mi-temps. On aurait pu faire le break, on n’en est d’ailleurs pas passés loin, mais il y avait une super équipe en face. Globalement, on a fait notre match. On a fait le boulot défensivement et offensivement », confia-t-il, avant d’ajouter, le concernant : « J’ai fait une bonne prestation parce que j’ai été décisif, même si je n’ai pas eu tant que ça d’arrêts à faire ; juste deux ou trois, mais qui étaient importants parce qu’on subissait et qu’il fallait rassurer la défense. Mais devant moi, les autres se sont battus comme des fous et ça m’a facilité la tâche ».
 

Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

520 €

Situé à RODEZ et proche de toutes commodités (Lignes de bus et commerces) :[...]

789 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- Prestation de qualité sur l[...]

812.67 €

DANS QUARTIER CALME ET FAMILIAL A 5 MIN DU CENTRE VILLE DE RODEZ MAISON MIT[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir