Justice

Tribunal de Rodez : condamné pour avoir envoyé des messages « crus » à une jeune fille

Abonnés
  • Les faits jugés mercredi au Tribunal de Rodez ont eu lieu le week-end du 10 au 11 novembre 2018, à Capdenac-Gare.
    Les faits jugés mercredi au Tribunal de Rodez ont eu lieu le week-end du 10 au 11 novembre 2018, à Capdenac-Gare. Archives José A. Torres. -
Publié le / Modifié le S'abonner

Mercredi 13 mars  au tribunal correctionnel de Rodez, le prévenu âgé de 31 ans a été condamné à quatre mois de prison avec sursis.

« Comment se fait-il que vous ayez craqué ce week-end-là ? », s’interroge le juge Alexandre Lainé. Mais, mercredi après-midi à la barre du tribunal correctionnel, l’homme âgé de 31 ans peine à répondre. Il est accusé d’avoir envoyé des messages à caractères sexuels, « des messages crus », selon le juge, à une jeune fille de 11 ans.

Les faits ont eu lieu le week-end du 10 au 11 novembre 2018, à Capdenac-Gare. Les appels et les messages échangés sont très nombreux. Près de 400 ont été relevés. La plupart ont été toutefois effacés. Il reconnaît les faits devant les gendarmes. Il avoue être « tombé dans un piège » ; « être rentré dans le jeu » de la jeune fille. Il ira même jusqu’à se rendre chez elle, à son invitation. Mais le père est à la maison. Surpris, le prévenu fait alors demi-tour. « Elle se moquait de moi », confie-t-il.

« Fragile et vulnérable »

Avant ces faits, il ne connaissait pas la victime qui est la fille d’un collègue de travail. Toutefois, d’après les enquêteurs, c’est la jeune fille qui aurait récupéré le numéro de portable du prévenu dans le téléphone de son père. Ils n’avaient eu aucun contact avant. « Mais cela n’excuse rien, assène le procureur de la République, Olivier Naboulet. Vous êtes un adulte. Elle est une enfant. »

« Il sait que son comportement est inadmissible, complète l’avocat du prévenu, Me Fabrice Veysseyre. Toutefois, l’expert psychiatre affirme qu’il n’a pas de tendance pédophile. » Mais il « présente des difficultés dues à son handicap. Il reste fragile et vulnérable », poursuit son avocat.

Après avoir délibéré, les juges ont prononcé une peine de quatre mois de prison avec sursis, avec une obligation de soins et une interdiction d’entrer en contact avec la victime.
 

Philippe Henry
L'immobilier à Rodez

295 €

Charmant studio rénové et meublé, coin kitchnette.[...]

454 €

Situé à RODEZ sur le tour de ville, venez découvrir cet appartement coquet [...]

282 €

Agréable studio, idéal étudiant, proche des commodités.[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir