Urbanisme

Grand Rodez : le parc des expos raconté par Alain Sarfati, son concepteur

  • Le futur parc des expos du Grand Rodez tel que l'a imaginé Alain Sarfati.
    Le futur parc des expos du Grand Rodez tel que l'a imaginé Alain Sarfati. Repro CPA -
  • Alain Sarfati lors de la conférence  sur le futur parc des expositions de Malan.
    Alain Sarfati lors de la conférence sur le futur parc des expositions de Malan. R.B. -
Publié le / Modifié le S'abonner

Dans le cadre du Salon de l'immobilier de Rodez (jusqu'à dimanche soir à la salle des fêtes), l'architecte parisien Alain Sarfati a animé ce samedi une conférence au cours de laquelle il a exposé la philosophie du projet de parc des expositions entre Rodez et La Primaube, pour lequel sa conception a été retenue par le jury. 

À la tête de son cabinet d’architecture parisien Alain Sarfati mène plusieurs projets de front. Toutefois, c’est sans hésiter qu’il concède aujourd’hui, que « c’est la réalisation du futur parc des expositions de Rodez (zone de Malan) qui me fait rêver. J’ai envie que ce soit une vraie pépite », explique l’architecte en marge de la conférence sur le sujet programmé ce samedi matin dans le cadre du Salon de l’immobilier qui se tient jusqu’à ce soir, à la salle des fêtes de Rodez.

«La météorite de Rodez»

Face au public il raconte ce qui a motivé ses choix pour ce futur bâtiment qui s’apparente selon lui à une météorite. Et lorsqu’on lui demande pourquoi La Météorite de Rodez, Alain Sarfati répond « L’Aveyron c’est une leçon de géologie en permanence. » Ce futur lieu destiné « à rassembler les gens intéresse toutes les générations. Il doit être capable d’accueillir tout type d’activité et l’on doit s’y sentir bien que l’on soit à 50, 500 ou 5 000 », poursuit-il.  Et à ceux qui estiment son projet « disproportionné », il cite en exemple le Scarabée de Roanne, un parc des expositions sorti de son imagination quelques années plus tôt. « Ses détracteurs jugeaient qu’il était beaucoup trop grand pour une ville comme Roanne, se souvient Alain Sarfati. Or il s’avère aujourd’hui que le site accueille trois fois plus de monde et de manifestations que dans les meilleures prévisions de l’époque. Arrêtons d’avoir peur de notre ombre. Bâtissons un lieu avec une identité forte, son rayonnement en sera d’autant plus fort. »
 

R.B.
Réagir