Rugby - Fédérale 1

Pour Rodez, c'était Saint-Supplice...

Abonnés
  • Saint-Sulpice était plus "présent".
    Saint-Sulpice était plus "présent". Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Modifié le S'abonner

Battus dimanche dans l’envie à Saint-Sulpice-sur-Lèze, les Ruthénois risquent d’avoir en même temps dit au revoir aux phases finales.

Avant ce match en retard de la poule 3 joué hier après-midi au stade Gaston-Sauret, Rodez et Saint-Sulpice-sur-Lèze étaient à égalité au classement et toujours en lice pour une qualification en challenge Yves du Manoir. Pire, le vaincu du jour allait probablement dire au revoir à ce printemps enchanteur promis aux six premiers. Le match aller en Aveyron, début octobre, avait vu la victoire (14-21) des joueurs de la vallée de la Lèze et tout le monde s’attendait à un match compliqué et engagé ce dimanche. Les conditions climatiques compliquées avec un vent fort n’allaient pas rendre les choses faciles pour les deux équipes.
Dès le début du match, Rodez ne réussissait pas à rivaliser avec les Haut-Garonnais et voyait même Saint-Sulpice prendre rapidement les devants (3-0) avec une pénalité en face des poteaux. Les Ruthénois revenaient au score grâce à la botte de Boscus mais n’arrivaient toujours pas à déployer leur jeu.


Rodez n’y arrive pas


Saint-Sulpice s’appuyait sur le jeu au pied de son ouvreur Boyer pour occuper le terrain et mettre à mal la couverture défensive des visiteurs. Après une succession de fautes devant la ligne, l’arbitre accorda un essai de pénalité à l’USSS. La détermination des joueurs du village de la Lèze se concrétisa par une deuxième pénalité avant la mi-temps (13-3). Malgré les efforts offensifs du trois-quart centre Jeffrey Williams, de retour de blessure hier, Rodez rentra aux vestiaires avec 10 points de retard. À noter également le carton jaune reçu à cinq minutes de la mi-temps par le pilier Ramonjiarivony, laissant donc les siens à infériorité numérique.
La seconde période vit Rodez, avec une mêlée revancharde et des intentions de jeu retrouvées, tenir le ballon. Mais malgré ce regain de forme, les attaques aveyronnaises restaient stériles et trop brouillonnes pour espérer revenir au score. Des surnombres mal négociés, des ballons qui échappent aux joueurs au moment de la dernière passe et une défense haut-garonnaise très solide, voilà comment on peut résumer le deuxième acte ruthénois. Saint-Sulpice, inoffensif offensivement pendant 15 minutes, remit ses avants dans le bon chemin. Avec Roquebert et Boyer en chefs d’orchestre, les locaux retrouvèrent leur esprit guerrier qui fait leur force depuis le début de saison. Tranchant d’ailleurs avec le manque de volonté des Aveyronnais, comme trop souvent ces derniers mois dès qu’ils évoluent hors de leurs bases.
Et en plus, Saint-Sulpice prend le bonus offensif en toute fin…
D’abord, par un essai collectif à 10 minutes de la fin conclu par Roux suite à un maul pénétrant bien organisé, puis à la sirène sur une dernière pénaltouche trouvée à 5 mètres de la ligne depuis la ligne médiane. Un essai marqué en force par Bonaldo qui venait sceller le score du match, bonus offensif en poche pour Saint-Sulpice qui s’avérera important dans le sprint final. Très important potentiellement même. Rodez n’a ainsi finalement pas trouvé les armes pour rivaliser dans ce match et a peut-être manqué d’enthousiasme et de détermination pour espérer ramener des points de son déplacement. Dur à avaler alors que le coach Arnaud Vercruysse avait lui même dit que ce match était « discriminant » pour la suite dans ces mêmes colonnes hier. Il faudra désormais au groupe ruthénois relever la tête. Car du lourd se présente dès ce dimanche au stade Paul-Lignon : Narbonne, le cinquième.

Damien Denechaud, entraîneur de Saint-Sulpice-sur-Lèze. On savait que si on gênait Rodez dans l’agressivité, on prendrait le dessus. Il ne fallait pas qu’ils se mettent en place. Je crois qu’on mérite cette victoire qui nous fait du bien.


Arnaud Vercruysse, enntraîneur de Rodez. Il nous a manqué un peu de tout aujourd’hui. De l’envie, de l’abnégation. Nous étions venus faire un résultat ici mais sans détermination c’est impossible.

A Saint-Sulpice-sur-Lèze, Maxime Roisnel
Voir les commentaires
Réagir