Politique

Decazeville : le collectif Tous ensemble en ordre de bataille

Abonnés
  • Réunion du collectif Tous ensemble pour l’hôpital et le Bassin dans l’immeuble Cayrol.
    Réunion du collectif Tous ensemble pour l’hôpital et le Bassin dans l’immeuble Cayrol. DDM -
Publié le / Modifié le S'abonner

Le collectif s’est réuni pour relancer les dossiers et fixer les objectifs et actions à courte durée.

Après l’entrevue de sa délégation, le 14 mars dernier, avec la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, Jacqueline Gourault, le collectif « Tous ensemble pour l’hôpital et le Bassin » s’est réuni à Decazeville pour se relancer dans ses dossiers et fixer des objectifs et des actions à courte échéance.
« L’essentiel était de porter nos projets au plus haut niveau mais la seule réponse claire qu’on a obtenue c’est que c’était bien ce ministère de la Cohésion sociale qui faisait la liaison interministérielle. L’essentiel est que cela a aussi permis de mieux comprendre la politique du gouvernement qui fonctionne par appels d’offres », a rappelé l’un des porte-parole du collectif, Jean-Paul Boyer.

Stratégie du pourrissement

Au centre des préoccupations, la situation de l’hôpital et son projet d’établissement qui devrait être établi ces jours-ci, mais aussi la densité médicale, le recrutement des médecins. Des problématiques, directement liées à la fermeture de la maternité, qu’a bien défendues le responsable de la SNAM (Société nouvelle d’affinage des métaux), également président d’une cinquantaine d’entreprises, forces vives du territoire, Éric Nottez, en mettant en exergue que pour attirer de nouveaux collaborateurs et embaucher, il était nécessaire de maintenir un hôpital de proximité.

De son côté, le ministère aurait déclaré qu’il fallait « recréer du lien avec l’ARS (Agence régionale de santé) et les élus locaux », reprenait, un peu dubitatif, un interlocuteur. En effet, il semblerait que le grand ordonnateur pour les problèmes de santé sur le territoire soit l’ARS (Agence régionale de santé). D’ailleurs, une réunion avec son responsable départemental est programmée le 5 avril. Des médecins, dont certains membres du collectif, seront bien évidemment présents. « Les problèmes de l’hôpital, du désert médical, du recrutement des médecins et du service de dialyse seront abordés », précise un membre du collectif. « Il paraîtrait d’ailleurs que les relations entre l’AAIR (Association d’aide aux insuffisants rénaux) et l’ARS seraient tendues », poursuit le même. « L’occasion de demander aussi à l’ARS si elle ne pourrait pas installer un service de dialyse à l’hôpital et de plaider pour une relocalisation de ce service », reprend un autre. « Un appareil de Villefranche pourrait être transporté ici. Ce ne sont que des prétextes dont se sert l’AAIR dans l’optique d’ouvrir une agence à Naucelle pour récupérer les personnes qui vont se faire soigner dans le privé, à Albi », ajoute-t-il.  

« Si l’autodialyse n’est pas rapidement réintégrée ici, il faudra considérer qu’on a perdu ce service. Je redoute la stratégie du pourrissement. Il faut réagir », lançait Pascal Mazet, membre du collectif. Une réunion du collectif Tous ensemble est prévue le 11 avril afin de se mettre en ordre de bataille après analyse des échanges avec le responsable départemental de l’ARS et avant la rencontre avec son directeur le 25 avril prochain.

Autre sujet, dès ce soir, lundi 1er avril, se tient une réunion importante avec le préfigurateur de l’Agence nationale de développement qui vient à la communauté de communes pour échanger avec les élus, en présence de la sous-préfète, afin de nourrir un texte de loi en préparation qui a pour objectif d’évaluer la capacité à contractualiser sur les territoires. « Il faut que les projets émergent des territoires. C’est un peu aide-toi et l’état t’aidera un peu », commente Jean-Paul Boyer.

Le collectif solidaire de Bosch

Le collectif Tous ensemble se joindra aussi à la marche du 13 avril prochain, à 14 heures, à Onet-leChâteau, entre le parking de Casino et Bosch, à l’appel des syndicats de la SAM, de la SNAM et de Bosch pour la défense et la promotion de la filière auto. Pour ceux qui veulent y participer, un covoiturage sera organisé une heure avant au Laminoir.

Centre Presse Aveyron
L'immobilier à Decazeville

59000 €

A VENDRE-Vallée du LOT, 100m de la rivière, maison de village avec grange, [...]

55000 €

A VENDRE-Grand appartement de Type 3 d'environ 90m2 ,traversant, avec bal[...]

229000 €

A VENDRE -Proche Vallée du LOT-Nichée dans un écrin de verdure, 2 Maisons d[...]

Toutes les annonces immobilières de Decazeville
Réagir