Gastronomie

Côte2Bœuf, entre Paris et l’Aveyron, des dénicheurs d’artistes fermiers

Abonnés
  • Authenticité et savoir-faire : le meilleur de l’Aveyron.	Reproduction
    Authenticité et savoir-faire : le meilleur de l’Aveyron. Reproduction Repro / Repro
  • Authenticité et savoir-faire : le meilleur de l’Aveyron.	Reproduction
    Authenticité et savoir-faire : le meilleur de l’Aveyron. Reproduction Repro / Repro
Publié le / Modifié le S'abonner

Ils ont quitté Marseille pour l’Aveyron et aujourd’hui Paris. Leur credo : mettre en valeur les producteurs du département. Leur authenticité et leur savoir-faire inimitables.

Les relations de voisinage peuvent parfois rendre fou, elles peuvent aussi, et c’est heureux, faire le bonheur de certains. Voisins de palier à Marseille, Charles, natif de Salles-Curan et Thomas, un Drômois authentique, ont décidé de quitter la cité phocéenne pour l’Aveyron ! Leur projet, construit on l’imagine, à l’heure sacrée de l’apéro : "Vendre dans la France entière, le meilleur de la gastronomie aveyronnaise !" Si l’idée n’est pas révolutionnaire, la démarche des deux associés ne manque pas de sel. "Quand tu vois le travail des petits producteurs, la qualité des produits proposés et ce que tu vas finalement manger en bout de chaîne, à Paris ou ailleurs, on s’est dit merde (!) pourquoi ne pas permettre à tous ces gens de s’offrir ce qu’il y a de mieux. De leur proposer un petit marché aveyronnais directement dans leur salon", se souvient Thomas. Dans leur salon, car Côte2Bœuf était à l’origine un site marchand. Une vitrine 2.0 du meilleur de l’Aveyron alimentée après un long travail de prospection dans l’arrière-pays auvergnat.

"Bon feeling"

"Nous avons passé un an et demi à sillonner les routes d’Aveyron et d’Auvergne, de ferme en ferme, à la recherche des plus belles pépites gastronomiques de notre région, poursuit Thomas. Un an et demi de dégustation qui a laissé quelques traces sur la balance mais qui a surtout permis à ces deux défricheurs du goût de sélectionner une petite trentaine de producteurs. Des ambassadeurs de la "bonne bouffe" sensibles à la démarche de Côte2Bœuf. "Si notre recherche première est la qualité gustative d’un produit, nous portons également une attention particulière à l’alimentation des bêtes, leur bien-être, la relation avec l’éleveur et l’environnement naturel. De bons produits, sains, respectueux de l’environnement et du bien-être animal. Il faut aussi un bon feeling avec les producteurs. C’est essentiel. On vend mieux un produit que l’on aime et un producteur que l’on apprécie." Grâce à eux, les deux entrepreneurs sont capables de livrer une belle pièce de boucherie (50 % de leurs ventes) en 1 heure à Paris, moins de 24 h partout ailleurs. Pour donner davantage de visibilité au site marchand, Côte2Bœuf s’est offert une boutique à Paris, inaugurée en 2014. "À la différence de ce qui se fait dans l’industrie textile, il est apparu évident pour nous de donner à voir les produits, de donner la possibilité de les sentir… Le consommateur n’étant pas encore tout à fait prêt à l’idée d’acheter de la bouffe sur internet." À la frontière avec le 18e arrondissement, le quartier des Batignolles, l’un des plus agréables "villages" de Paris, était tout indiqué. "Charles et moi, y avons vécu, à un moment de notre vie. Et lui comme moi, on a apprécié. Le choix s’est donc porté naturellement sur ce quartier".

Une vitrine à Batignolles

Un quartier qui évolue à vitesse grand V. Avec l’arrivée du Tram, l’inauguration du Palais de justice il y a 1 an, et la construction d’un écoquartier de 3 500 logements… Et le projet de prolongement de la ligne 14 du métro. Pas de quoi déménager pour autant. Si ce n’est pour une deuxième boutique Côte2Bœuf, "à Paris non, mais pourquoi pas en France, ou ailleurs en Europe. Nous ne sommes pas pressés". "On envisageait Londres mais vu le contexte !", analyse le Drômois. En attendant, les deux gastronomes savourent avec appétit cette nouvelle vie, "cette quête de sens". Après des années passées dans la finance et les télécoms, ils se rêvent désormais en "dénicheurs d’artistes fermiers". "Nous souhaitions mettre en avant toutes ces femmes et ces hommes qui travaillent dur chaque jour pour nous offrir une alimentation saine et des produits d’excellence." Une quête insatiable pour "supprimer tout ce qui n’est pas bon" qui les amène aujourd’hui à proposer des verrines sous vide. Un produit novateur, breveté et déposé, qui pourrait remplacer positivement le plastique et ses déchets. Gastronomes et responsables. Telle est aussi la devise de Côte2Bœuf.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir