Salon du vin

Salon des vins de Rodez : les amateurs de grands crus au rendez-vous

  • De nombreux vins sont à déguster sur place.
    De nombreux vins sont à déguster sur place. CPA / CPA
Publié le / Modifié le S'abonner

Le Salon du vin se tient tout le week-end à la salle des fêtes où il a attiré, ce samedi, un large public, avant une dernière journée ce dimanche qui devrait aussi ravir les amateurs de grands crus.

Les amateurs de (bons) vins sont nombreux dans le département. Pour s’en convaincre il suffit de faire un petit tour à la salle des fêtes où se tient jusqu’à ce soir le 15e Salon du vin. Verre en main, les visiteurs se pressent d’un stand à l’autre pour goûter les différents breuvages mis en avant par les quelque cinquante producteurs présents. "Uniquement des vignerons avec lesquels nous travaillons tout le reste de l’année", précise d’emblée Pierre Bonnefous, président des Cavistes ruthénois, organisateurs de ce rendez-vous. "Il y a quelques étrangers, mais surtout des producteurs venus de la France entière."

À l’image de Denis Wurtz, un vigneron alsacien (Domaine de la vieille forge) qui n’a pas hésité à faire 9 heures de route pour participer au salon ruthénois. "Ce n’est pas la première fois que j’y participe, précise-t-il entre deux dégustations. Au contraire même, j’y viens régulièrement. Déjà parce que c’est un très bon salon, mais aussi parce que j’entretiens d’excellents rapports avec les organisateurs. Et puis, c’est aussi l’occasion de raconter mon vin aux Aveyronnais qui l’apprécient et l’achètent. Enfin, j’ai aussi mon beau-frère qui vit à Rodez, c’est donc là une belle occasion d’aller lui rendre visite ", conclut Denis Wurtz dans un sourire. " Vendredi soir, après l’inauguration, plus d’un millier de personnes sont venues découvrir le salon et les vins qui y sont présentés ", reprend Pierre Bonnefous. " Et depuis, cela n’arrête pas", poursuit celui qui a pris part avec 15 autres chanceux à la dégustation du Château d’Yquem, organisée hier matin en présence de la maître du chai du château Yquem, Sandrine Garbay. " C’était magique ", résume le caviste qui a déjà les yeux tournés vers la dégustation à l’aveugle de dimanche (lire ci-contre) mais aussi l’organisation de la 16e édition dont les dates ont déjà été bloquées (premier week-end d’avril 2020).

JDM
Voir les commentaires
Réagir