Santé

Maladies rares: fin du partenariat de recherche entre Sanofi et Alnylam

  • Le groupe pharmaceutique français Sanofi a annoncé lundi la fin de la phase "recherche" de son partenariat démarré en 2014 avec l'américain Alnylam pour le traitement de maladies génétiques rares.
    Le groupe pharmaceutique français Sanofi a annoncé lundi la fin de la phase "recherche" de son partenariat démarré en 2014 avec l'américain Alnylam pour le traitement de maladies génétiques rares. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

(AFP) - Le groupe pharmaceutique français Sanofi a annoncé lundi la fin de la phase "recherche" de son partenariat démarré en 2014 avec l'américain Alnylam pour le traitement de maladies génétiques rares.

Alnylam va "poursuivre le développement d'un agent expérimental supplémentaire pour le traitement d'une maladie génétique rare pas encore divulguée" et Sanofi sera ensuite "responsable de la poursuite potentielle de son développement et de sa commercialisation", explique le groupe français dans un communiqué.

"S'il est approuvé, Alnylam sera éligible à des redevances à deux chiffres sur les ventes mondiales nettes", poursuit le texte.

En janvier 2018, les deux groupes avaient déjà annoncé une réorganisation de leur alliance et une répartition dans le développements de leurs candidats médicaments, en particulier sur l'hémophilie.

Sanofi avait ainsi obtenu les droits mondiaux sur le fitusiran, un traitement expérimental de l'hémophilie et d'autres troubles hémorragiques rares et Alnylam ceux du patisiran et d'une autre molécule expérimentale (ALN-TTRsc02) dans le traitement de l'amylose héréditaire à transthyrétine.

Chaque société perçoit des redevances sur le chiffre d'affaires des produits développés par l'autre.

"Les principales modalités" de ces accords restent "inchangées", explique Sanofi dans son communiqué.

"La clôture de cette phase du programme avec Alnylam n'infléchit en aucune façon notre volonté de continuer de développer des thérapies pour les patients atteints de maladies rares ainsi que de maladies rares du sang", assure John Reed, responsable monde de la recherche et du développement pour Sanofi.

La participation de Sanofi qui avait acquis 12% du capital d'Alnylam en 2014 pourra par ailleurs être modifiée.

Réagir