Sport

Rugby : Rodez entre regrets et espérances

Abonnés
  • Hugo Alonso et les Ruthénois se hisseront-ils en phases finales ?
    Hugo Alonso et les Ruthénois se hisseront-ils en phases finales ? CPA / CPA
Publié le / Modifié le S'abonner

Avec sa victoire à Céret dimanche (13-19), le SRA peut encore croire aux phases finales. Même s’ils n’ont pas leur destin en mains, les Ruthénois peuvent toujours prétendre à la sixième place. Une situation qui fait émerger un certain nombre de regrets pour le coach Arnaud Vercruysse.

 

L’équation est simple : le Stade Rodez Aveyron doit s’imposer à Paul Lignon dimanche 21 avril et, dans le même temps, Castanet doit accrocher Saint-Sulpice. Dans cette situation, Rodez jouera les phases finales.

L’équation est simple certes, mais elle est claire aussi : si les Tarnais s’imposent contre les Haut-Garonnais, le SRA s’arrêtera là. Pourtant, les hommes d’Arnaud Vercruysse ont rendu une belle copie ce week-end en faisant preuve notamment d’une solidité défensive en pays catalan. L’heure des regrets a sonné, c’est le secteur offensif sur lequel les Ruthénois auraient dû davantage appuyer, pour aller chercher un bonus offensif. Un point supplémentaire qui aurait plus que jamais mis la pression sur les Tarnais.

Des regrets malgré la victoire

Oui, cela peut arriver. La victoire n’était pas suffisante ce week-end. "On avait l’ambition de prendre le bonus offensif pour reprendre le retard sur Saint-Sulpice", avoue Arnaud Vercruysse. L’objectif n’a donc pas été atteint et pour un petit essai, le Stade Rodez Aveyron devra attendre le communiqué du résultat de Saint-Sulpice contre Castanet, s’il gagne de son côté. "Sur le plan comptable, il y a forcément de la déception", regrette le coach ruthénois. Ce dernier est, malgré cela, satisfait de la performance des siens qui ont réalisé "le match le plus abouti à l’extérieur cette saison".

Le problème pour le SRA, c’est qu’"on a trop parlé de réactions cette saison", peut-être soulignant le manque d’actions de la part de ses joueurs. Toutefois, un goût amer pèse davantage que ce bonus oublié, la blessure du pilier Corentin Euphrasie (21 ans). Le jeune ruthénois, qui doit passer des examens cette semaine pour en savoir plus sur sa torsion au genou, vient compléter une liste de blessés, déjà assez importante. En plus de cela, le coach du SRA souligne un effectif qui "à 60 % a été renouvelé en début de saison" avec beaucoup de jeunes joueurs. Ces recrues ont donc dû s’adapter à un niveau d’exigence supérieur qu’est la Fédérale 1 et à un système de jeu nouveau pour eux. Dans la continuité de ces soucis d’effectif, l’entraîneur regrette aussi "un manque de stabilité" au sein de son effectif, à l’inverse des formations comme Nîmes ou Blagnac qui, elles, disposent de joueurs qui se connaissent depuis plus longtemps. Le coach reste toutefois lucide, car, comme il le rappelle, cela fait désormais quatre ans qu’il est en place, et la situation était connue et assumée. D’ailleurs, le staff et les joueurs se concentrent d’abord sur le prochain et (potentiel) dernier match face à Aubenas.

Une nouvelle victoire pour minimiser ces regrets

La préparation de ce match ne sera d’ailleurs pas différente malgré le délai supérieur de repos – entraînement mardi, mercredi et vendredi pour les deux semaines à venir. Pour le week-end prochain, un repos moral s’impose pour les joueurs. Le coach doit maintenant motiver ses hommes, même si ce week-end il n’y avait "ni satisfaction, ni abattement dans le vestiaire", tout le monde sachant que la prochaine échéance s’annonce décisive. Une chose est sûre, le SRA doit gagner ce match face à Aubenas pour espérer jouer les phases finales. Vercruysse y croit, et rappelle que "Rodez est une ville de sport, et la ville mérite d’avoir un club de rugby au minimum en Fédérale 1, il faut rendre aux supporters tout ce qu’ils nous donnent".

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir