Le Régalou, pain 100 % aveyronnais : 20 ans et quelques inquiétudes

  • Depuis 2008, Philippe Colonges, au centre, est passé  à une production totalement  à base de farine Régalou.
    Depuis 2008, Philippe Colonges, au centre, est passé à une production totalement à base de farine Régalou. CPA
  • Même la farine est issu de blés aveyronnais.
    Même la farine est issu de blés aveyronnais. CPA
Publié le , mis à jour

La farine Régalou, produite dans le département par 17 agriculteurs depuis 20 ans cette année, permet de réaliser selon ses adeptes le seul pain véritablement aveyronnais. Rencontre avec l’un d’eux, le boulanger vézinois Philippe Colonges, alors que la filière s’interroge sur son avenir immédiat.
 

"C’est tout simplement un produit du coin, 100 % aveyronnais… C’est le vrai pain de l’Aveyron ! Pourquoi rajouter des saloperies et empoisonner les gens ?". Philippe Colonges, 54 ans, est devenu boulanger après son service militaire, en 1984.

Un revirement surprenant pour ce comptable de formation, qui trouve peut-être une explication du côté de la profession de son père, minotier à Villefranche-de-Rouergue. Formé à Villeneuve-d’Aveyron, sacré meilleur apprenti du département en 1985 et installé dans le Lot entre 1986 et 2003, il est depuis lors le boulanger de Vezins-de-Lévezou sous l’enseigne "Au bon pain du Lévezou", installée aussi à Millau.

Le métier de boulanger se détériore. Les professionnels de demain sont formés sur des chaînes industrielles. Arrivera-t-on à l’avenir à susciter des vocations chez les boulangers artisanaux ? Je n’en suis pas sûr.

Florian Capgras, président de la filière Régalou.

" Dès mon arrivée, j’ai été contacté par l’animateur de la filière Régalou et j’ai commencé à en faire immédiatement, mais pas à 100 % ", se souvient le maître artisan. Ses arguments ont trouvé chez le fils de minotier un écho des plus favorables : une farine issue de blés locaux (il est cultivé dans le Naucellois et, en proportions moindres, sur le Lévezou) destinée à faire, sans additif ni améliorants, un pain lui aussi totalement local.

En 2008, Philippe Colonges décide de faire le grand saut et de basculer sur une production totalement à base de farine Régalou. De la baguette au pain de 6 kilos en passant par le trèfle, les boules, la flûte ou le Vezinois sans oublier l’ensemble des viennoiseries et pâtisseries, toute sa production est aujourd’hui à base de cette farine locale.

Il utilise chaque jour entre 100 et 150 kg de farine pour une consommation annuelle de près de 40 tonnes, ce qui fait de Philippe Colonges, déjà le seul à être en production 100 % Régalou, l’un des gros consommateurs de la farine locale dont 270 tonnes ont été produites l’an passé.

"Faire du local, il n’y a que ça pour se démarquer"

" C’est pour moi une fierté de produire ce pain 100 % local. Mais nous sommes de moins en moins nombreux à faire du pain de qualité, beaucoup de boulangers étant embringués avec des meuniers qui ont leurs marques propres ", regrette-t-il.

La filière fêtera cette année ses 20 ans d’existence. Pour les 20 prochaines années, le boulanger vezinois formule le souhait que ses confrères "se remettent en question, fabriquent des produits de qualité… et surtout pas industriels ! Faire du local, faire du bon, il n’y a que ça aujourd’hui pour se démarquer des groupes industriels".

Le concurrent le plus proche de Philippe Colonges se trouve à Ségur, à près de 15 km. Cela a pour conséquence que les clients de l’enseigne vezinoise sont obligés de consommer du Régalou. "Ils ne s’en plaignent pas", s’amuse le boulanger.

En chiffres

  • 300 tonnes de blé écrasées par les deux meuniers adhérents à la filière.
  • 17 agriculteurs engagés dans la démarche Régalou.
  • 38 points de vente dans l’Aveyron.
  • 20 ans d’existence cette année.
  • 650 €, le prix d’une tonne de farine Régalou contre près de 400 €, en moyenne, pour les autres farines.

Renseignements sur https://www.regalou.fr/

Xavier Buisson
Voir les commentaires
Réagir