Justice

Scandale des lasagnes au cheval : six mois de prison ferme pour l'Aveyronnais Jacques Poujol

  • L'Aveyronnais Jacques Poujol, directeur de l'usine Spanghero au moment des faits, a été condamné à 6 mois de prison ferme.
    L'Aveyronnais Jacques Poujol, directeur de l'usine Spanghero au moment des faits, a été condamné à 6 mois de prison ferme. Archives CPA / Archives CPA
  • L'usine Spanghero dans l'Aude.
    L'usine Spanghero dans l'Aude. DDM / DDM
Publié le / Modifié le S'abonner
Le jugement est tombé dans l'affaire des lasagnes au cheval : l'ancien directeur de l'usine Spanghero a été condamné à 6 mois de prison ferme.

L'ancien directeur de l'entreprise de fabrication de viandes Spanghero, jugé avec trois autres prévenus dans le principal volet du scandale de la viande de cheval vendue pour du boeuf, a été condamné ce mardi à paris à deux ans de prison, dont 18 mois avec sursis. 

Le tribunal correctionnel a jugé Jacques Poujol coupable de tromperies liées à la viande de cheval. Il lui était notamment reproché d'avoir vendu entre 2012 et 2013 plus de 500 tonnes de cheval pour du boeuf au fabricant de plats préparés Tavola, dans une entente frauduleuse avec un négociant néerlandais, Johannes Fasen, condamné à deux ans assortis d'un mandat d'arrêt. 

Lors du procès qui s’est déroulé ne janvier et février,  le parquet avait requis de la prison ferme contre les deux principaux prévenus, dénonçant une fraude aux «effets catastrophiques», «organisée de concert» entre les Pays-Bas et la France.

750 tonnes de viande

Les quatre personnes mises en cause devaient répondre d'escroquerie en bande organisée et de tromperie. Deux d'entre elles étaient des anciens cadres de l'entreprise occitane, Jacques Poujol et Patrice Monguillon, respectivement ex-directeur de la société et ancien directeur du site à Castelnaudary. Les deux autres prévenus étaient des négociants néerlandais, Hendricus Windmeije et Johannes Fasen. Tous les quatre étaient soupçonnés d'avoir vendu à la société de fabrication de plats préparés Tavole, une filiale du groupe Comigel, de la viande de cheval présentée comme étant du bœuf sur l'étiquetage.

 Début 2013, cette escroquerie à l'échelle européenne a fait passer 750 tonnes de viande de cheval pour de la viande de bœuf dans 4,5 millions de plats cuisinés écoulés dans 13 pays. Un scandale qui avait éclaté au Royaume-Uni avant d'atteindre l'entreprise audoise.

A Paris, Zoé Cadiot
Sur le même sujet
Réagir