Terrorisme : entre 60 et 80 personnes suivies pour radicalisation en Aveyron

  • En Aveyron, entre 60 et 80 personnes sont suivies pour radicalisation.
    En Aveyron, entre 60 et 80 personnes sont suivies pour radicalisation. JAT
Publié le , mis à jour

Il y a quelques années, le préfet Louis Laugier, alors en poste en Aveyron, insistait sur le fait que le département n’était pas « une île entourée de terre », comme le veut l’expression. Aujourd’hui, le son de cloche est toujours le même du côté des services de l’État.
Actuellement, dans le département, entre 60 et 80 personnes figurent sur le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Elles ne font pas automatiquement l’objet d’une fiche S – le chiffre actuel n’a pas été communiqué, il était de 30 en 2017 –, réservée aux personnes susceptibles de menacer la « sûreté de l’État » et personne n’est assigné à résidence comme cela a pu être le cas par le passé avec Merouane Benhamed, ex-membre du GIA, à Saint-Affrique. Impossible d’ailleurs de brosser un portrait type de ces personnes suivies. Elles viennent des quatre coins du département et leur âge est très variable.

A lire, ce mercredi, notre article sur des Capdenacois partis faire de djihad en Syrie

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Réagir