Trans Aubrac : l’Aveyron dans la lumière de l’association Action 12

Abonnés
  • Les paysages du Trans Aubrac séduisent les coureurs.
    Les paysages du Trans Aubrac séduisent les coureurs. Repro CPA
Publié le

Altruiste et généreuse, l’association Action 12, créée en 2001, va à nouveau réussir son pari, comme en atteste la 12e édition du Trans Aubrac, organisée ce week-end, qui rassemblera 1 850 coureurs.

L’on a coutume de présenter le nombre 12 comme symbole de ce qui est achevé voire parfait. À la fois élément fondateur, fin de cycle et point d’harmonie, il évoque une histoire sans cesse renouvelée, que l’on se plaît à (ré)écrire en faisant bien attention d’apporter les nécessaires modifications qui la rendront plus aboutie. Sans forfanterie aucune, toutes proportions bien évidemment gardées, l’Aveyron s’inscrit dans cette logique consistant à bâtir l’avenir sur des bases solides, des valeurs unanimement reconnues et une pléiade de richesses.

C’est dans cet esprit qu’Action 12 a construit son identité, son ADN, avec patience, conviction et raison. En agitant fièrement l’étendard de l’authenticité. « On ne s’adresse pas à une élite. Les coureurs qui s’inscrivent sur la Trans Aubrac viennent chercher une ambiance conviviale, des paysages d’exception, une gastronomie tellement appréciée, un patrimoine valorisé, une industrie typique. Ce qui nous motive est de mettre notre région en valeur et tout est orchestré dans ce sens. C’est pourquoi ils s’élancent en musique, sous une pluie de lumières, depuis le château de Bertholène à la découverte du clocher tors de Saint-Côme-d’Olt, de la chocolaterie de Bonneval, du château des Bourrines, du four à pain d’Anglars, de Roquelaure, de la coutellerie de Laguiole qu’ils traversent en plein cœur ou du buron des Bouals, à la sortie d’Aubrac, lequel nous est prêté depuis 2010 et réserve un ravitaillement hors du commun où les verrines aussi variées que colorées disputent la vedette aux petits fours, farçous, saucisse à la perche et autres cakes salés/sucrés. Un ravitaillement des plus alléchants imaginé par Mickaël Jussey, ancien pâtissier de la Maison Bras et bénévole très investi », insiste Étienne Valayé, l’une des trente-cinq chevilles ouvrières de l’association dont il est salarié depuis dix ans.

Les bénévoles au cœur du projet

Éléments fondateurs, ce sont les bénévoles les véritables vedettes de ce week-end de folie, sans lesquels rien ne serait possible. « Ce sont eux qui amènent les idées pour faire évoluer la formule, tous les ans. Ils seront 225 à tout donner afin que l’édition 2019 se déroule au mieux avec des journées de 25-26 heures pour les plus actifs. Et ce sont eux, en fonction de leur ressenti sur site, qui fixent le nombre de concurrents. Nous en accueillions 200 en 2008, 1 500 en 2018 ; ils seront 1 850 à s’élancer ce week-end dont un peu plus de 1 000 sur l’Ultra Trail (450 individuels et 140 équipes de 5). Certains bénévoles sont collégiens et œuvrent avec le même plaisir aux côtés de leurs aînés qui ont plus de 80 printemps. Afin de gratifier leur rôle, évidemment essentiel, et ne pas répondre "non" à un coureur souhaitant s’inscrire (les courses affichant complet depuis le 25 janvier), nous avons décidé cette année que le bénévole 2019 serait coureur 2020 puisque cette édition est déjà sur les rails. Nous avons reçu seize réponses favorables dont celle de Pascal Treton (lire encadré). »

Faire découvrir le département

Cette grande famille, au sens le plus vrai, se nourrit donc de la richesse et des apports de chacun, qu’il s’agisse de l’Association de défense du château de Bertholène, des clubs de randonnée de Saint-Côme et de Bozouls, du club de quilles de Saint-Geniez, associé sur cette cité au Vélo Club, aux sociétés de pêche, de pétanque et aux Marmots Trail Running, de l’office de tourisme de Laguiole qui centralise toutes les bonnes volontés, sans oublier bien sûr tous les bénévoles d’Action 12 qui seront présents sur Aubrac et les particuliers, toujours prompts à apporter leur contribution.
Nul doute dès lors que tous les participants venus de France mais également de Hong-Kong, de Suisse, du Portugal, des Pays-Bas, d’Allemagne, de Belgique, de Pologne, d’Albanie, se nourriront samedi et dimanche de cet état d’esprit si particulier qui contribue à la réussite de la Trans Aubrac depuis 12 ans. Avec délice et gourmandise. Car par-delà les performances, ils savent que les randonnées et courses proposées sur 6, 10, 50 ou 105 km leur permettront d’illuminer leur visage d’un merveilleux sourire admiratif en découvrant l’Aveyron dans toute sa beauté. De A à… A. Évidemment.
 

Céline Grousset
Voir les commentaires
Réagir