Incendie

Cathédrale de Rodez : tout est prévu en cas de malheur…

Abonnés
  • La cathédrale surveillée de près.
    La cathédrale surveillée de près. CPA -
Publié le / Modifié le S'abonner

Plans de prévention et d’intervention sont sans cesse remis à jour pour contrôler un feu dans l’édifice.

Depuis lundi soir, les Aveyronnais n’ont jamais autant regardé la cathédrale de Rodez. Et ne se sont jamais autant interrogé sur les conséquences au sommet du piton d’un incendie comparable à celui qui a ravagé Notre-Dame de Paris.


Déjà en 1510


D’autant que l’édifice ruthénois a subi un sort semblable, il y a cinq siècles certes, mais qui a dû susciter une détresse bien imaginable des habitants à l’époque. Dans la nuit du 27 au 28 avril 1510, la flèche construite en bois et recouverte de plomb, s’embrase et s’effondre. L’évêque d’alors, François d’Estaing, fera à sa place construire le clocher, en grès, que l’on connaît aujourd’hui.  C’est bien connu : l’histoire sait bégayer contre toute attente. Et pour s’en prémunir, « le ministère de la Culture fait faire un état des lieux général de toutes les cathédrales, pour prioriser certaines actions qui restent à définir », avance Patrice Gintrand, architecte des Bâtiments de France, conservateur de la cathédrale de Rodez qui, rappelons-le, appartient à l’état.
« Il est clair que tout drame nous rend plus vigilants, plus humbles aussi, nous travaillons constamment sous l’optique de la sécurité, à travers des procédures à suivre très contrôlées », ajoute M. Gintrand. Et ce, d’autant que la cathédrale est le théâtre de travaux permanents, stabilisation des fondations à l’heure actuelle et « restauration de la façade de la tour sud-ouest avec installation d’ici l’été d’un échafaudage », ajoute Patrice Gintrand.


Vigilance constante, prévention et… humilité


Vigilance constante et humilité sont aussi les maîtres mots des sapeurs-pompiers ruthénois, comme le rappelle le colonel Souyris, directeur du Sdis. Le Service départemental d’incendie et de secours sait pouvoir s’appuyer sur le centre de Rodez et sa centaine d’effectifs, sous l’autorité du commandant Stéphane Alléguède. « Le plan d’intervention est régulièrement mis à jour par nos visites régulières, explique-t-il. La dernière a eu lieu en janvier, d’autres sont prévues en mai et juin et, tous les trois ou quatre ans, de grandes manœuvres sont entreprises. La prochaine est programmée en 2020 ».


Effectifs et matériels


Concrètement, les pompiers disposent de plans précis de la cathédrale, son réseau électrique, ses détecteurs, ses « organes vitaux ». « Et du matériel est prédisposé dans l’édifice, notamment les deux colonnes sèches dans lesquelles on pousse l’eau vers des lances et tuyaux placés dans le bâtiment pour gagner du temps, poursuit le commandant Alléguède. Notre échelle de 32 mètres est bien proportionnée pour atteindre le haut de ces colonnes et le premier niveau de la cathédrale. Pour établir des lances supplémentaires et monter des pompiers sans qu’ils aient à prendre les escaliers ».
Ainsi, « préparer les interventions et bien connaître les lieux est essentiel. Et la prévention est, elle aussi, primordiale, notamment la détection incendie qui permet de découvrir précocement tout départ de feu. Ce fut le cas il y a une quinzaine d’années, tout a été vite maîtrisé ».
Quant aux effectifs à engager, « on dispose d’un très bon maillage territorial avec cinq centres de secours autour de Rodez qui pourraient intervenir avec personnels et matériels dans les vingt minutes », assure le commandant Alléguède.  Tout est donc prêt en amont le jour où…

Tous mobilisés pour venir en aide à Notre-Dame de Paris… devant Notre-Dame de Rodez : le père Lazuech, Miguel Chevalier, Jean-Michel Cosson, Christian Teyssèdre, Patrice Lemoux et Diane Joy.
Tous mobilisés pour venir en aide à Notre-Dame de Paris… devant Notre-Dame de Rodez : le père Lazuech, Miguel Chevalier, Jean-Michel Cosson, Christian Teyssèdre, Patrice Lemoux et Diane Joy. - CPA

Paris, Rodez, la solidarité des Notre-Dame

Une symbolique comparable qui tient à cœur à toute une population, et surtout un même nom de baptême : les cathédrales de Rodez et de Paris ont bien des points communs pour ne pas se serrer les coudes. La solidarité s’organise donc, portée par la Ville et l’Agglomération de Rodez, le père Lazuech, recteur de la cathédrale, les Bâtiments de France, des artistes… Tous mobilisés aux côtés des Aveyronnais pour venir en aide à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, via le fond de souscription lancé par la Fondation du Patrimoine. Celle-ci rassemble six bénévoles aux côtés de son délégué pour l’Aveyron, Patrice Lemoux. Qui précise que cet appel aux dons « restera ouvert durant cinq ans ». Et ce, sans lien avec la durée des travaux que chacun évalue à bien plus de temps…


Rendez-vous en août


Ainsi, l’événement prévu à cet effet au mois restera quoi qu’il en soit dans l’actualité. Dans le cadre des animations prévues pour le Siècle Soulages, l’artiste Miguel Chevalier installera de 8 au 18 août à l’intérieur de la cathédrale, une représentation des cartes du ciel projetée sous les voûtes, projet artistique baptisé « Digital Supernova ». En parallèle, cinq performances musicales  créées par des organistes auront lieu les 8, 10,11, 17 et 18 août. Et à cette occasion, une collecte sera mise en place avec le concours de la Fondation du Patrimoine à une date qui reste à fixer… Peut-être le 12 août pour rappeler à tous que les dons ne s’arrêtent pas au lendemain du désastre parisien. « Et les excédents de collecte serviront à mettre en sécurité tous les édifices », insiste Patrice Lemoux. La cathédrale de Rodez pourrait, à terme, en profiter elle aussi.

Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

262 €

A deux pas du centre ville de Rodez, dans un immeuble avec de faibles charg[...]

25000 €

Local professionnel ou commercial. Voici un petit local qui plaira par son[...]

455 €

En périphérie de Rodez (Zone artisanale de bel Air), venez visiter cet agré[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir