Bournazel et la vie de château

Abonnés
  • José Antonio Torres
Publié le , mis à jour

Martine et Gérald Harlin ont acheté le château en 2007. Et entrepris un chantier important de restauration un an plus tard. Il est toujours en cours, ce qui n’empêche pas les visites guidées.

"Un château, il faut qu’il vive…" Martine Harlin le répète à l’envi. Et montre d’ailleurs l’exemple. La propriétaire du château de Bournazel (véritable joyau de la Renaissance), avec son époux Gérald, depuis 2007, ne s’embarrasse pas de cérémonies. Avec sérieux, "mais pas trop tout de même", elle n’hésite pas à "perdre" les visiteurs dans les dédales de ce château construit au XVIe siècle (entre 1540 et 1560, par un architecte jusqu’ici inconnu) dont elle connaît la moindre pierre. Et pour cause !

En partie détruit à la Révolution française, le château – classé monument historique en 1942 – fait effectivement l’objet d’un important travail de restauration depuis 2008. Les époux Harlin ne laissent rien au hasard et s’impliquent à 100 % dans ce chantier. Ce dernier entre d’ailleurs dans un tournant décisif. L’escalier d’honneur – le dernier volet en ce qui concerne la partie Renaissance du château – dessert déjà deux étages et devrait être achevé d’ici 2020. Un garde-corps vient d’être posé entre l’escalier d’honneur et la tour médiévale, formant une terrasse avec vue sur les jardins.

D’autre part, cette année, et pour la première fois, les concerts pourront se jouer dans l’auditorium de 150 places situé sous la cour du château – pour cela, un trou de huit mètres de profondeur a été creusé afin de permettre l’accès aux camions transportant le béton. Grâce à ses équipements, l’auditorium procurera une excellente acoustique qui mettra à l’honneur la musique renaissance.

Le château de Bournazel est donc "vivant" car durant les travaux de rénovation, les visites guidées sont assurées, à la fois par Marion (responsable également de l’accueil et de la communication) et Aurélie pour ces vacances de Pâques. Dans les différentes salles, et elles sont nombreuses, les curieux pourront découvrir une collection surprenante de meubles, d’objets d’art et de peintures d’époque.

En contrebas du château, ces derniers peuvent se balader dans "le seul jardin style Renaissance en France", comme le rappelle Marion Gratuze. Il est d’ailleurs classé, depuis janvier dernier, "Jardin remarquable" pour une période de cinq ans. "C’était une friche et il a donc fallu tout reprendre à zéro. Avec son équipe, Thierry Verdier, professeur en histoire de l’art et architecte pour la reconstruction des jardins, a retrouvé la base du bassin et de la fontaine, des fondations et même les anciens circuits d’eau." Et nécessite un jardinier à l’année pour son entretien.

Depuis samedi, un nouveau site internet plus ergonomique et plus réactif est en ligne (adresse ci-contre). La boutique tend également à se développer avec de nouveaux objets en vente.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir