Agriculture : Fodsa et GDS Aveyron célèbrent leurs soixante ans

  • Cette association recherche le bien-être animal
    Cette association recherche le bien-être animal CPA
Publié le , mis à jour

L’association a célébré les 60 ans de la Fédération des organismes de défense sanitaire de l’Aveyron et du Groupement de défense sanitaire de l’Aveyron lors de son assemblée générale.

Voici une association qui n’a pas peur de son âge. La Fédération des organismes de défense sanitaire de l’Aveyron (Fodsa) et le Groupement de défense sanitaire du département (GDS) ont fêté leurs soixante ans il y a peu lors de son assemblée générale qui a rassemblé de nombreux éleveurs.

L’association montre la place majeure qu’occupe l’élevage en Aveyron. "Nous avons un département d’élevage. Par exemple, 38 % des bovins d’Occitanie sont issus de l’Aveyron. Et cela n’est pas près de changer comme l’illustre l’augmentation du nombre d’installations en 2018", comme le souligne Yves Bony, seulement le second directeur depuis la naissance de l’association.

Cette stabilité et continuité sont visibles au niveau des dirigeants, illustrés également par Bernard Lacombe, éleveur ovin à Millau et uniquement le 5e président de la Fodsa.

Les actions majeures de 2018

De même les actions proposées s’inscrivent aussi dans la durée. Parmi les dossiers sanitaires phares qui ont vu le jour en 2018, on retient l’instauration du plan BVD pour les bovins et la Border Disease pour les ovins.

Pour lutter contre la maladie des muqueuses (le BVD), la GDS a mis en place un dépistage sur boucle auriculaire afin de la maîtriser et d’éviter qu’elle se propage dans le cheptel. Ce projet anticipe le prochain arrêté ministériel. Concernant la Border Disease (la maladie des frontières), le groupe a instauré un suivi des élevages grâce à des analyses ainsi qu’une vaccination des cheptels.

"Ces deux maladies sont mortelles pour les animaux et entraînent des pertes importantes pour les éleveurs", selon Bernard Lacombe.

La Fodsa avec les éleveurs

La Fodsa est un organisme professionnel agricole qui propose des programmes de prévention et de gestion sanitaire des cheptels, accompagne les éleveurs dans leurs actions, identifie et gère la traçabilité des animaux avec la chambre d’agriculture et accompagnent les GDS locaux. 9000 éleveurs aveyronnais adhèrent à cette structure.

Maxime Lacaze
Voir les commentaires
Réagir