Le basket aveyronnais derrière les Ruthénoises

Abonnés
  • Les joueuses de la CTC ne sont qu’à un succès d’une montée en Nationale 3. Elles tenteront de l’obtenir dimanche, contre Caraman.
    Les joueuses de la CTC ne sont qu’à un succès d’une montée en Nationale 3. Elles tenteront de l’obtenir dimanche, contre Caraman. DR
Publié le , mis à jour

Les joueuses de la CTC Rodez Agglo reçoivent Caraman à Luc-Primaube, dimanche (15 h 30), pour un match synonyme de "finale" pour la montée de Prénationale en Nationale 3, un niveau auquel aucune équipe féminine du département n’a évolué depuis plusieurs saisons.

La date du 5 mai est marquée à l’encre rouge sur le calendrier de la CTC (coopération territoriale de clubs) Rodez Agglo depuis longtemps. C’est en effet dimanche qu’aura lieu le dernier match de la phase retour du championnat de Prénationale féminine, avec la réception de Caraman, deuxième du classement, à Luc-Primaube (15 h 30), et le scénario d’une véritable "finale" pour l’accession en championnat de France de Nationale 3. Un rêve qui avait pris forme dès la phase aller, grâce à une série de huit victoires qui avait envoyé l’équipe, presque prématurément, défendre la première place chez les concurrentes directes, à Caraman (Haute-Garonne), mais qui avait pris du plomb dans l’aile à l’issue de la défaite concédée sur le score de 45-35.

"Nous n’avions aucune raison de nous mettre la pression puisque la montée dès cette saison n’était pas un objectif. Plus que la défaite, c’est la manière qui avait posé problème. La discussion d’après-match dans le vestiaire avait été vive et incisive mais ce moment a été fondateur", éclaire Nicolas Flottes, l’entraîneur ruthénois.

Revenues à leur statut d’outsiders, ses joueuses ont ensuite enchaîné sept victoires, et, du fait de la décantation du classement, avec Caraman, Ouest-Toulouse et Ossun traînant la patte, elles ont retrouvé la première place, et ce n’est pas le court revers (55-50) concédé à Gimont, début avril, qui y a changé quelque chose : l’objectif a été verrouillé et la CTC Rodez Agglo tient sa "finale" pour la montée contre Caraman. Et depuis presque trois semaines et son succès sur le parquet du cinquième, Toulouse CMS (61-53), la troupe de Nicolas Flottes se prépare pour le rendez-vous de ce week-end, sans que cela soit synonyme de changement dans les habitudes.

"Nous avons gardé le même nombre d’entraînements et l’heure de rendez-vous d’avant-match est la même que d’habitude, confie Flottes. Les filles sont un peu stressées mais elles ont une grosse envie. Ça va être à nous d’arriver à passer outre l’événement. Bien sûr, il est important et mobilise tout le monde, mais il ne faut pas que cela nous inhibe. L’expérience du match aller doit nous servir."

Un événement départemental

L’expérience, justement, est ce qui constitue l’une des forces de l’adversaire, qui compte dans ses rangs des joueuses comme Julie Vignaux et Barbara Lavabre, trentenaires et ex-joueuses de Nationale 2 avec Tournefeuille. Une donnée dont l’entraîneur de la CTC connaît l’importance.

"Ces filles et d’autres connaissent ce genre de matches, savent ce que c’est que de jouer dans des salles un peu chaudes. Elles nous l’ont d’ailleurs bien montré au match aller", souligne-t-il, lui qui, face à ce constat, mise sur la responsabilisation de son groupe : "Ce sera à nous d’imposer notre jeu et d’en respecter le plan. Pour nous, le collectif est roi, et tout le monde devra prendre sa part de responsabilités".

Du côté des dirigeants, on sent l’effervescence monter et les intéressés se préparent à accueillir, dans le gymnase de La Primaube, quelques centaines de supporters des deux clubs mais aussi de tout le département. L’Aveyron n’a plus connu d’équipe féminine en championnat national depuis la descente des filles de l’entente Rodez/Serènes-de-Lunac en 2011, alors les amoureux de la balle orange espèrent retrouver une vitrine avec cette belle équipe. Une attente confirmée par le président du comité départemental, Maurice Teulier, qui sera bien évidemment présent dimanche.

" Une accession en N3F serait la meilleure des choses pour le basket aveyronnais, déclare le dirigeant. Cela donnerait une dynamique supplémentaire à notre basket féminin, qui est majoritaire dans le département. "

Pour le club de Luc-Primaube, l’opportunité d’accéder pour la première fois de son histoire au niveau national constitue la récompense du travail fourni depuis de nombreuses saisons dans la formation de la filière féminine. Des représentants de la Ligue seront par ailleurs également présents dimanche pour la remise du label "École française de mini-basket" au club, unique détenteur dans le département. Tout est donc réuni pour que la fête soit belle dimanche.

Il ne manque plus que la victoire.

Le groupe ruthénois

Laurine Viguié, Charline Noubel, Laure Mouly, Marine Terral, Pauline Bouissou, Laura Sincholle, Clémence Cabrit, Marion Binda, Mathilde Mouysset, Charlène Fritschmann, Audrey Hautcolas.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Luc-La-Primaube

469000 €

Rare sur le secteur!! Située sur un parc arboré de 8.760m2, avec piscine, v[...]

390 €

Dans petite résidence sécuriée, en 2 ème étage sans ascenseur, appartement [...]

850 €

Local commercial au centre Primaube, de 59 m2, parking. Disponible le 01/08[...]

Toutes les annonces immobilières de Luc-La-Primaube
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?