National

Football : Rodez, l’exceptionnel banalisé ?

Abonnés
  • Ugo Bonnet et les Ruthénois ont assis leurs adversaires cette saison, leur public aussi.
    Ugo Bonnet et les Ruthénois ont assis leurs adversaires cette saison, leur public aussi. JLB / JLB
Publié le / Modifié le S'abonner

Assurés d’accéder à la Ligue 2 depuis le 11 avril et titrés champions de National depuis vendredi, les Ruthénois écrasent tout sur leur passage, battant aussi des records. Une domination constante qui banaliserait presque ce parcours pourtant totalement démentiel.

C’est exceptionnel. Je ne sais pas si les gens se rendent bien compte. " Laurent Peyrelade le martèle à l’envi depuis des semaines. Des semaines que les ouailles du coach ruthénois ont passées à ridiculiser la concurrence en National, devenant les meilleurs champions de l’histoire de la 3e division française à 18 clubs en obtenant un 22e succès en 32 parties, vendredi à Paul-Lignon face à la lanterne rouge Drancy (1-0). Un onzième match consécutif sans défaite (dont dix succès !) qui a officialisé ce titre, le tout alors qu’il reste encore à la bande à Amiran Sanaia à disputer deux rencontres : à Laval ce jeudi puis le 17 mai face à Lyon-Duchère rue Vieussens.

Sauf qu’à force d’enchaîner les performances de l’ordre de l’exceptionnel, cela en deviendrait presque banal. En tous les cas pour ceux qui ne mesurent pas forcément tout le travail et l’osmose collective qu’il y a derrière. D’ailleurs, l’ambiance au stade vendredi, soir d’un sacre historique pour le Raf tout de même, n’a pas atteint des sommets. C’est un euphémisme. Évidemment, qu’il y avait de la joie. Du bonheur. Un tour d’honneur. Des banderoles et un kop qui a chanté. Des joueurs tout sourire aussi. Mais pas de folie, ni de fièvre. Il aura fallu attendre tout de même les arrêts de jeu pour que Paul-Lignon scande "On est les champions, on est les champions ".

Pas de suspense

Ce que ces Ruthénois-là ont accompli restera pourtant à jamais comme une des plus belles pages de l’histoire du football à Rodez. Et marquera à coup sûr au fer rouge la postérité. "Dans 10 ans peut-être, les gens se diront : “Ah oui, ce qu’ils ont fait était véritablement exceptionnel”", corroborait Peyrelade, vendredi, juste après un match qui a réuni quelque 3 500 personnes, contre 6 000 pour celui actant la montée trois semaines auparavant.

Il faut dire aussi que cette consécration était attendue par tous depuis déjà bien longtemps, trop sûrement pour que cela génère un véritable emballement général dépassant les limites, fumigènes et pelouse envahie par exemple ; ou encore teinture peroxydée de la chevelure des joueurs comme il n’y a pas si longtemps pour la montée de CFA à National en 2017. Pas d’effet de surprise, ni même le moindre suspense. C’est tout le paradoxe d’Ugo Bonnet and Co, bien trop forts cette saison et laissant ainsi place à la sidération devant tant de maîtrise plutôt qu’à une folie spontanée.

Remise du trophée le 17 mai

Mais il est prévu un rattrapage, s’il en est besoin. Ce sera pour la dernière journée, le 17 mai. Là, la conclusion de cette saison tout simplement hors-norme, diabolique, démentielle, irréelle en fait, se matérialisera par une cérémonie protocolaire de remise du trophée de champions par des émissaires de la FFF. Le club a également prévu de mettre les petits plats dans les grands, notamment à la salle des fêtes attenante au stade.

Aurélien Parayre
L'immobilier à Rodez

32 €

Box fermé au sous sol d'un copropriété située en plein coeur du faubourg.[...]

536 €

A découvrir rapidement, proche du centre ville, appartement T3 entièrement [...]

304 €

A deux pas du centre ville de RODEZ, venez découvrir ce charmant T1 bis dup[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir