Rodez Aveyron Football

Football : et si le Stadium de Toulouse accueillait Rodez ?

  • Direction Toulouse et le Stadium pour le Raf ?
    Direction Toulouse et le Stadium pour le Raf ? Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Modifié le S'abonner
L'option d'une délocalisation des premiers matches de la saison 2019-2020 au Stadium de Toulouse semble tenir nettement la corde.

Le feuilleton concernant le stade dans lequel évoluera Rodez lors des premiers matches de la saison 2019-2020 de Ligue 2, du fait des travaux de mise aux normes qui vont bientôt commencer dans l’enceinte de Paul-Lignon et empêcher les hommes de Laurent Peyrelade d’y jouer avant la fin du mois d’octobre, est peut-être proche de connaître son épilogue.

Désireuse de voir le Raf rester en Occitanie et ne pas aller jouer à Bastia ou à Istres, la Région s’est efforcée, ces derniers temps, de rapprocher les positions du club présidé par Pierre-Olivier Murat et du Toulouse Football Club, dirigé par Olivier Sadran, afin que les Ruthénois puissent accueillir leurs adversaires au Stadium de Toulouse.

L’un des obstacles rencontrés jusqu’alors, constitué par l’aspect financier, pourrait bien avoir été surmonté grâce à une réunion, le 2 mai, entre des représentants des deux clubs ainsi que du Stade Toulousain (qui dispute quelques rencontres au Stadium), de la métropole de Toulouse, du conseil départemental de l’Aveyron et de la Région, au cours de laquelle les deux dernières  administrations se seraient engagées à payer la différence entre le coût de la location du Stadium (70 000 euros hors taxes et hors frais) et celui de la location des stades d’Istres et Bastia (une somme de 35 000 euros a été évoquée pour le second mais non confirmée).

Ce scénario d’une délocalisation des rencontres à Toulouse a été soumis, par le biais d’un courrier, à la Ligue de football professionnel (LFP) dans la foulée de la réunion, comme nous l’a confié le vice-président du Conseil régional en charge de l’éducation, de la Jeunesse et du Sport, Kamel Chibli, afin que l’instance travaille sur la possibilité d’une alternance entre le Téfécé et le Raf du point de vue du calendrier, et, en cas de validation, sur la façon dont elle devait être mise en place. Une réponse de la part de ses responsables est attendue au cours des prochains jours.

Du côté du Raf, les dirigeants, sollicités hier soir, n’ont pas répondu, s’en tenant ainsi à la position qu’ils ont adoptée et qui consiste à ne pas communiquer sur le sujet tant que rien n’est officiel.

Centre Presse Aveyron
Réagir