Économie

Restauration : le retour des pré-enseignes fait son chemin en Aveyron

  • Un amendement adopté par l’assemblée permettra le retour de ces pré-enseignes pour annoncer les restaurants.
    Un amendement adopté par l’assemblée permettra le retour de ces pré-enseignes pour annoncer les restaurants. CPA -
Publié le / Modifié le S'abonner

Chassées des bords de route en 2015 à la faveur de la loi Grenelle 2, les pré-enseignes y refleuriront vraisemblablement d’ici quelques mois.

Les pré-enseignes, ces petits panneaux installés sur les bords de routes et annonçant la présence à proximité d’un restaurant (mais aussi d’un garage, d’un hôtel, etc.) ont disparu des paysages aveyronnais depuis 2015. La pollution visuelle qu’ils généraient n’était alors pas du goût de la loi Grenelle 2. À en croire le député Stéphane Mazars, "les remontées de terrain nous disaient que leur disparition était très préjudiciable aux restaurants de campagne, avec des pertes de chiffre d’affaires de l’ordre de 25 à 30 % au niveau national". L’Umih (Union des métiers et des industries hôtelières) et son président confirment ces chiffres, avec des pertes, selon Michel Santos, "pouvant aller jusqu’à 40 %" dans l’Aveyron.

"Pas de forêt d’enseignes"

Mardi 30 avril, la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale a adopté un amendement cosigné par le député et plusieurs de ses collègues qui "vise à permettre aux restaurateurs de campagne qui répondent à un savoir-faire traditionnel et dont la majorité des plats dispose de la mention “fait maison” d’être parfaitement identifiés par des pré-enseignes qui ont été interdites", explique Stéphane Mazars.

Sont donc pour le moment exclusivement concernés les restaurants disposant de la mention "fait maison", dont la majorité des plats sont élaborés sur place à partir de produits bruts. "C’est l’une de nos priorités, et j’espère que ça ira jusqu’au bout, reprend Michel Santos pour l’Umih. Les affaires, en milieu rural, ferment les unes après les autres. Cela permettra de mettre en valeur ceux qui travaillent le terroir, qui font de la vraie cuisine. Nous le ferons de manière intelligente et visible, nous ne voulons pas de forêt d’enseignes".

Le texte devrait passer devant les députés jeudi 16 mai avant de prendre la direction du Sénat pour une nouvelle étape législative ; l’entrée en application est attendue d’ici à la fin de l’année.

JDM
Réagir