Culture et Loisirs

Firmi : Thomas vit l'aventure à vélo avec Kouma, son fidèle compagnon à quatre pattes

  • Thomas Hugueny a décidé de prendre la route de l’Espagne et du Maroc avec son vélo et son drôle d’attelage.
    Thomas Hugueny a décidé de prendre la route de l’Espagne et du Maroc avec son vélo et son drôle d’attelage. Repro CPA / Repro CPA
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Le jeune Firminois de 20 ans a mis le cap sur le sud à vélo avec son chien Kouma. De l’Espagne au maroc.

Il n’a pas vraiment l’âme d’un grand sportif. Ce n’est pas non plus un fervent adepte du vélo. Mais il a désormais de vrais mollets de cycliste. Enfin presque… Depuis plus de deux mois, Thomas Hugueny a pris la route. Sur son vélo. Avec son chien, Kouma, et son drôle d’attelage, dans lequel le golden retriever de 4 ans et demi, adopté à la SPA de Golfech, a sagement et confortablement trouvé sa place. Bien à l’abri. Derrière son jeune maître. Même s’il est né à Martigues, Thomas Hugueny a grandi et passé toute sa jeunesse à Firmi et dans le Bassin de Decazeville. Il y a deux ans de cela, le jeune baroudeur avait déjà pris la route. À pied. Pour rallier Decazeville à Saint-Jacques-de-Compostelle. Kouma était aussi du voyage. Mais il avait dû être rapatrié. Victime d’un échauffement des coussinets. Ceci explique cela. Kouma ne connaîtra pas, cette fois, les mêmes désagréments.

Une frayeur pour commencer Après avoir obtenu son permis poids lourd, Thomas a travaillé pendant un an et demi dans une entreprise de transport. Pour faire quelques économies et préparer son voyage. Peu après leur départ de la région de Barcelone, Thomas et Kouma ont connu une première frayeur, la remorque s’étant renversée dans un giratoire. Fort heureusement, l’équipage a pu repartir. Sans le moindre bobo. Après avoir parcouru la côte espagnole, au rythme de 50 à 80 kilomètres par jour, selon les difficultés – "mes mollets se sont bien développés !" – Thomas et Kouma ont embarqué pour le Maroc, à Algésiras. Tanger, Rabat, Casablanca, Essaouira, Agadir. Le jeune aventurier a poursuivi sa route vers le Sud. La première fois que nous l’avons contacté – sur fonds de cris d’enfants et d’appel à la prière du muezzin – Thomas se trouvait à Safi, la ville des potiers. Déjà, il avait pu apprécier la gentillesse et l’hospitalité marocaine. "Cette nuit, c’était magique. J’étais un peu perdu sur la route. Une dame s’est arrêtée et m’a invité." Et Kouma ? "Ici, il y a beaucoup de chiens errants, alors les enfants sont parfois impressionnés."

"Plein de belles rencontres"

Après avoir sillonné la côte marocaine, Thomas a mis le cap sur Ouarzazate et le Moyen-Atlas. Changement de décor. Et de température. Après avoir affronté la chaleur – "quand le soleil tape fort, on se pose 2 à 3 heures, l’après-midi" – le jeune Firminois et son chien ont dû combattre le froid. "On est montés à 3 000 mètres. Avec la pluie et le froid, c’était dur. La météo change vite. Je suis tombé malade. On a dormi dans des grottes. Heureusement, un nomade nous a apporté des couvertures. Le fait d’être avec Kouma, ça m’a beaucoup aidé. Surtout dans les côtes, quand j’étais à bout de forces. Là, je suis dans une auberge, dans la région d’Agoudal. Je me repose." Malgré ces quelques moments de galère, ajoutés, parfois, au danger que peuvent représenter sur la route les voitures et, surtout, les camions, Thomas garde le moral et la pêche. "Les gens sont très hospitaliers. Je n’ai eu aucun problème particulier. Avec une dizaine d‘euros par jour, je me débrouille. Nous avons fait plein de belles rencontres. J’ai croisé un Argentin qui voyageait, lui aussi, avec son vélo et son chien. Nous avons fait un bout de chemin ensemble. "

"Je me laisse vivre"

"Dormir dans la montagne marocaine, c’est top. Le ciel est époustouflant et les Berbères sont très accueillants." Un peu fatigué, un genou égratigné, mais heureux, Thomas va continuer à pédaler en direction des villes impériales. Meknès. Fes… Avant de revenir en Espagne, où il a prévu de travailler quelque temps, avec une fille de l’Est qu’il a rencontrée, lors des premières semaines de son périple. Au mois de juillet, Thomas Hugueny fêtera ses 21 ans. Il ne sait pas encore s’il sera rentré à la maison. Ou s’il sera toujours sur la route. "J’ai du temps, je suis libre. Je me laisse vivre. C’est vraiment génial." Une belle philosophie. Pour une riche aventure humaine.

On the road again…

Joel Born
L'immobilier à Rodez

665 €

Situé dans un quartier calme et agréable, appartement de type 4 traversant [...]

119990 €

Bel appartement cœur de ville T3 d'environ 78m² avec balcon traversant, pro[...]

356 €

A 10 min du centre ville dans le quartier de Gourgan, venez découvrir ce T2[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir