Sociéte

Devoir de mémoire : une soirée cinéma qui ne laisse pas indifférent…

Abonnés
  • Plus de 2O0 personnes ont assistéà la séance de projection.
    Plus de 2O0 personnes ont assistéà la séance de projection.
Publié le / Modifié le S'abonner

L’association un Devoir de mémoire de Gabriel Rieucau a organisé samedi 11 mai la projection du film "Un sac de billes". Une initiative d’actualité au lendemain de la cérémonie de la victoire de la guerre de 39-45. C’est grâce au soutien de la commune et de la communauté de communes et en partenariat avec l’Onac que cette soirée a pu se dérouler.

Sophie Amans-Gisclard, professeur d’histoire et présidente départementale du Concours national de la Résistance et de la Déportation a présenté la séance et donné quelques clefs d’éclairage nécessaires des différentes périodes pour la compréhension de cette histoire tout indiquée pour les enfants et adultes dans le devoir de mémoire.

Notamment en 1940, en cinq semaines, les Allemands envahissent la France et mettent en place une ligne de démarcation de 1 200 km. Deux millions de personnes sont envoyées en Allemagne pour le travail obligatoire dont 9 000 Aveyronnais. Gabriel Rieucau fait partie du convoi.

"Un sac de billes" est un film franco-canadien-tchèque réalisé par Christian Dugay, il s’agit d’une nouvelle adaptation du roman de Joseph Joffo. L’action se situe dans la France de 1941. Les enfants malicieux fréquentent l’école Ferdinand-Flocon, mais les Allemands occupent Paris et en viennent à imposer le port de l’étoile jaune. Deux jeunes frères, livrés à eux-mêmes, font alors preuve d’une incroyable dose d’astuces, de débrouillardise, de courage pour échapper à l’occupant. Ils doivent cacher leur religion pour passer en zone libre en passant par Hagetmau (Landes) au prix de 1 000 francs donnés à un passeur. Un film émouvant ; parfois il est difficile de retenir ses larmes. Les enfants, avec Patrick Bruel dans le rôle du père, jouent très juste. Un témoignage d’une histoire vraie, réelle qui ne laisse pas indifférent.

"Un film pour toutes les générations qui envoie un message porteur", confirme Sophie Amans-Gisclard.

CORRESPONDANT
L'immobilier à Bozouls

189000 €

Située sur la commune de Bozouls et à moins de 2km du centre bourg, ensembl[...]

254400 €

Idéalement situé dans le centre ville de Bozouls, beau pavillon individuel [...]

322 €

Au coeur de BOZOULS : Charmant appartement T2, rénové dans un bâti ancien, [...]

Toutes les annonces immobilières de Bozouls
Réagir