L’Aveyronnais monte à Paris pour le lancement de sa version imprimée

  • Didier Venom
  • Didier Venom
  • Didier Venom
Publié le

Les partenaires de la première heure se sont retrouvés aux Grandes marches à Paris pour le lancement de la version papier dès le 1er juin. De gauche à droite, debout : Frédéric Lavernhe (FNA12), Bernard Maffre (PDG des Journaux du Midi Midi Libre), Serge Gélis (directeur délégué de Centre Presse), Pascal Laversenne (rédacteur en chef). Assis : Robert Moiroux (FNA12), Roger Ribeiro (Groupe Joulie). 

Il y avait un avant, une édition digitale disponible le vendredi en supplément du journal Centre Presse. Depuis le 9 mai, il y aura un après. C’est par ces mots et une ambition renouvelée que le directeur délégué général de Centre Presse, Serge Gélis, a présenté jeudi à Paris le nouveau visage de L’Aveyronnais.

Initié et soutenu dès l’origine par la fédération nationale des amicales aveyronnaises (FNA12) et un certain nombre de partenaires, - douze bien évidemment - L’Aveyronnais d’ici et d’ailleurs retrace depuis le 6 octobre 2018, la vie des gens qui réussissent et qui gagnent à travers le monde.

Depuis peu, les lecteurs aveyronnais pouvaient retrouver une version imprimée de ce supplément avec l’édition dominicale de Centre Presse. À compter du 1er juin, il en sera de même pour ceux d’Île-de-France.

« Positive attitude »

Ainsi présenté jeudi, le supplément a reçu un accueil très positif comme a pu le constater Bernard Maffre, PDG du groupe Les Journaux du Midi : « Ce projet aveyronnais a suscité beaucoup de passions, beaucoup d’envie et nous portons à son endroit beaucoup d’ambitions que nous voulions partager ici à Paris. Des ambitions, dont celle de réussir sur le territoire de l’Île-de-France et qui sait, élargir le cercle des partenaires pour nous aider à parler de l’Aveyron dans tout ce qu’elle comporte de valeurs. »

Réunis à la brasserie Les Grandes marches, place de la Bastille à Paris, pour « sentir l’air du pays », les invités ont pu découvrir le travail accompli depuis la rencontre, « et quelle rencontre ! » de Centre Presse avec la FNA12. « Nous avons l’audace et le culot de vouloir créer du lien entre les Aveyronnais de Paris et le pays. La volonté de mettre en lumière les belles histoires des Aveyronnaises et des Aveyronnais d’ici et d’ailleurs et croyez-moi, il y en a beaucoup », a complété le directeur délégué du quotidien.

Boosté aux initiatives, dopé aux réussites et aux aventures humaines, L’Aveyronnais cultive résolument l’optimisme. « On reproche souvent aux journalistes de ne parler que du verre à moitié vide. Nous avons pris le parti de parler du verre à moitié plein avec une ligne éditoriale fondée sur la positive attitude. »

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?