Bilan

Basket : le président du comité de l'Aveyron confiant en l’avenir

Abonnés
  • Maurice Teulier achèvera son mandat en juin 2020.
    Maurice Teulier achèvera son mandat en juin 2020. Repro CP -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Elu au sein du comité départemental de basket-ball en 1996, Maurice Teulier est devenu président huit ans plus tard. Alors qu’il achève son mandat en juin 2020, il revient sur la saison écoulée et les derniers mois de sa présidence.

Avant de parler de l’avenir, quel bilan tirez-vous de la saison 2018-2019 ?

Pour notre comité, chaque nouvelle saison apporte son lot de nouveautés. Il nous est difficile de mettre en place l’ensemble de ces changements, surtout en milieu rural. Cette saison, nous devions organiser un championnat de trois contre trois. Malgré les efforts consentis, cela n’a pas été possible.

Reste-t-il toutefois des aspects positifs ?

On peut retenir qu’il n’y a pas eu un seul dossier disciplinaire, que le basket aveyronnais a la chance de voir le maintien quasi identique du nombre d’équipes seniors. La participation est bonne pour l’ensemble des actions mini-basket et le challenge des provinces U11. La saison écoulée n’a pas connu de problèmes particuliers, si ce n’est un manque d’arbitres.

Après la coupe du monde de football, le basket-ball pouvait craindre une baisse du nombre de licenciés. Qu’en est-il en Aveyron et en Lozère ?

La coupe du monde de football ne nous a pas impactés malgré les craintes que nous avions. Les derniers chiffres font état d’une baisse d’environ 5 %, conforme à celle enregistrée en Occitanie. Nous comptons 2 434 licenciés, soit 52 % côté féminine et 48 % côté masculin.

Si le nombre de licenciés diminue, est-ce là la seule explication ?

Les jeunes adhérents restent moins fidèles que par le passé à une discipline sportive. Il y a, aussi de plus en plus de familles monoparentales, ce qui a comme répercussion un déplacement plus important des enfants chez l’un ou l’autre des parents.

Un an après, la fusion avec la Lozère est-elle digérée ?

Ce n’est pas forcément le cas. Pourtant, nous avons mis en place de nombreuses actions, sous l’égide de Daniel Salesse, le vice-président, qui s’est déplacé à maintes reprises dans les clubs de Lozère, pour y organiser des rassemblements de jeunes joueurs en y incluant une formation pour les encadrants.

Quelles évolutions avez-vous pu constater en quinze ans de présidence ?

Je serais tenté de dire les règlements sportifs, la feuille de marque électronique ou encore la formation e-learning pour les officiels. Dans le domaine de l’homologation des gymnases. Il reste beaucoup à faire malgré des relances permanentes du comité envers les clubs et les municipalités.

Avez-vous des projets à réaliser au cours de votre ultime saison en tant que président du comité ?

Nous devons déterminer l’organisation générale par des pôles en lieu et place de commissions, mais aussi intégrer davantage de membres non-élus au sein du fonctionnement, des gens de terrain qui assument au quotidien les problématiques de leur club. Depuis la fusion avec le comité de Lozère, la fédération nationale nous a attribué un nom de domaine, qui a pour incidence de mettre à jour notre site internet.

Envisagez-vous de vous proposer comme membre du bureau départemental ?

Non, sans hésiter. J’ai une confiance totale en celles et ceux qui vont me succéder. Avec l’évolution sociétale, les nouveaux moyens de communication, je ne formulerai qu’un vœu : continuer longtemps à faire vibrer les amoureux du basket.

Réagir