Quarante coqs faisans chanteurs recensés

  • Les participants au comptage sur Luc réunis à L’Oustal.
    Les participants au comptage sur Luc réunis à L’Oustal.
Publié le , mis à jour

Cette densité n’est pas en adéquation avec l’objectif de départ.

Coq y es-tu ? Comme chaque année depuis 2013, la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Aveyron organise le comptage des coqs chanteurs sur les communes de Flavin et de Luc-la-Primaube.

De mars à juin, les coqs émettent des chants audibles à plusieurs centaines de mètres, ce qui permet de les repérer. Cette année sur Luc, 1 612 ha ont été prospectés et 15 coqs faisans chanteurs ont été recensés. Soit une densité d’un coq chanteur aux 100 ha. Sur Flavin, 23 secteurs ont été comptés pour une surface de 1 426 ha. Là, 25 coqs faisans chanteurs ont été recensés pour une densité aux 100 ha de 1.75. Malheureusement, cette densité n’est pas en adéquation avec l’objectif de départ qui était un minimum de trois coqs aux 100 ha.

Densité à partir de laquelle on considère qu’un noyau de population est installé sur un territoire. Avec le recul, on sait que les causes de la diminution des couples sont multifactorielles. Elles sont surtout à rechercher parmi les raisons qui conduisent aux échecs de la reproduction.

En effet, comme pour toutes les espèces nichant au sol, la destruction des nids ou des poussins lors des travaux agricoles est importante. La prédation constitue également une source de mortalité en s’exerçant tout à la fois sur les couvées et les jeunes non volants. On soulignera avec force, que les agriculteurs locaux ont répondu présent en mettant en place les mesures financées par la Fédération départementale des chasseurs comme la réalisation de 182 ha d’inter-cultures d’hiver dont le rôle est d’éviter la dispersion des oiseaux pendant la mauvaise saison, l’implantation de jachères permanentes en maïs, la mise en place de bandes enherbées et la plantation de 400 mètres de haies.

Le maintien de bosquet, la sauvegarde des haies et de tout ce qui apporte une certaine diversification paysagère, a été une priorité pour les chasseurs. Les agriculteurs ont également testé plusieurs types de barres d’effarouchement pour réduire la mortalité des espèces pendant la fauche. Les deux sociétés de chasse de Flavin et de Luc-la-Primaube emmenées par leurs présidents n’ont pas ménagé leur peine. Et pour cause, les chasseurs totalisent depuis 2013, un bilan bénévole de 15 000 heures consacrées aux actions de suivis et d’animation autour du faisan. Ce qui correspond si on le ramène à un équivalent temps plein à 8 années de travail pour une personne. C’est énorme et cela doit être souligné. À cet égard, la Fédération souhaite vivement remercier tous les chasseurs de Luc, de Flavin qui se sont tant investis.

Aujourd’hui, il reste aux présidents des sociétés de Flavin et de Luc à décider de la suite à donner. Renforcer les populations, encore ou autoriser le tir des mâles uniquement ou ouvrir la chasse aux faisans et revenir à des lâchers de début de saison.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
L'immobilier à Luc-La-Primaube

115000 €

Luc La Primaube, terrains plats constructibles et viabilisés de 1210 m2. Se[...]

970 €

Magnifique T3, entièrement meublé, dans résidence neuve de haut standing de[...]

82000 €

Appartement T1Bis lumineux et proposant de grands espaces. Situé dans une r[...]

Toutes les annonces immobilières de Luc-La-Primaube
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?